V Wars : Quand le chasseur devient la proie

Qu’une chose soit claire : je fais partie de ces personnes qui n’ont pas réussi à accrocher à l’univers de la série « The Vampires Diaries ». Les romances, l’intrigue, les personnages… Rien à sauver.

Bien sûr, ayant des ami(e)s qui regardaient la série assidûment, je restais au courant de l’avancée et j’avais moi-même regardé les trois premières saisons, trop heureuse de pouvoir derrière laisser tomber (et heureusement vu la fin de la série… Ceux qui se plaignent de la fin de GoT n’ont clairement jamais vu la fin de TVD.)

Alors si on m’avait dit que j’aimerai autant une série de vampires dans laquelle joue Ian Somerhalder… Je ne vous aurai pas cru. Mais alors, VRAIMENT pas.

Une série agréable

« V Wars » est une série inspirée (ou devrais-je dire adaptée) d’un roman américain du même nom (ce que je ne savais pas non plus en découvrant la série). L’histoire est celle du Dr. Luther Swann, qui voit sa vie basculer dans l’horreur le jour où son meilleur ami, Michael Fayne, se transforme en dangereux prédateur qui se nourrit de sang humain. Peu à peu, cette mystérieuse maladie se propage, divisant la société en deux camps : les gens « normaux » et les vampires. Swann entame une course contre la montre pour comprendre ce qu’il se passe et trouver un antidote, tandis que Fayne devient le leader des vampires… En lisant le résumé, je pensais réellement voir une série de la trempe des films « Underworld » et je ne savais pas vraiment trop quoi en penser. Mais ma curiosité à pris le dessus et je ne l’en remercierai jamais assez.

Parlons personnages. Evidemment, nous avons donc le Doctor Swann, dont la loyauté et la droiture sont respectable de bout en bout, quoi qu’il fasse. C’est probablement un des héros les plus attachants de toutes les séries que j’ai pu voir jusqu’ici. Il fait des erreurs, se met encore plus dans le pétrin en essayant de se racheter et vraiment, passe de très mauvaises journées. Honnêtement, c’est un héros auquel je peux me rattacher, étant moi-même quelqu’un de très loyal je pense qu’il y a des choses que j’aurai fait également dans sa situation. J’ai brièvement parlé de son fils, Dez, qui n’est pas énormément présent dans la série mais qui a, avec son père, une relation adorable et vraiment belle, basée sur la confiance et le respect mutuel. C’est beau. Ensuite nous avons Mike/Mikey/Michael Fayne, le premier transformé que l’on voit à l’écran. Un homme perdu et abandonné de tous qui tente du mieux qu’il peut de survivre avec les actes qu’il a commis. Son amitié avec Luther Swann est magnifique et c’est l’un des piliers de la série. A côté de ça, on a le Gouvernement et la journaliste la plus fouille-merde que j’ai pu voir.

La série est donc basée sur les vampires, mais en restant dans un côté très scientifique de la chose. On parle de « malades », de « victimes » d’un virus (ironique, en cette période de confinement), on cherche un traitement, le patient zéro, celui qui n’a pas muté, afin de redonner à ces « mutants » leurs humanités. Et de leurs côtés, les « vampires » eux, cherchent à se donner une humanité en se regroupant afin de recréer un semblant de société. Il y a un message puissant sur l’humanité, ce qu’elle signifie et comment la garder quelle que soit la situation. De mon côté, je dois avouer que la série m’a mis une claque parce que je ne m’attendais pas forcément à un tel niveau d’écriture, d’intrigue et de personnages. Je n’avais pas donné sa chance à une série depuis un long moment, ayant trop peur de commencer quelque chose de chronophage et d’en perdre mes nuits de sommeil… Mais j’avoue que pour cette série, j’ai pris mon temps afin d’être sûre de tout comprendre et de chercher les indices qui pourraient indiquer ce qui va se passer ensuite.

Il faut dire que depuis que j’ai commencé à écrire sérieusement sur le blog, mon sens critique s’est accru, au point parfois d’en devenir pénible. J’ai dû mal à apprécier des films que j’adorai regarder avant, comme par exemple « Underworld ». C’est une saga de films que j’ai adoré (et aime beaucoup revoir parfois) il y a quelques années. Pourtant, si je devais revoir les films aujourd’hui, je ne pourrais m’empêcher de grimacer en voyant ces vampires si beau et toujours parfaits face à des loups-garous absolument immonde. Au moins, dans « V Wars », les vampires sont moches. Mais vraiment. On sent clairement que la transformation est vicieuse, que les transformés n’ont pas toujours le contrôle et que certains essayent de lutter contre la mutation afin de ne pas devenir un monstre. Et en plus de ça, la série est violente visuellement dès l’épisode un avec des passages qui mettent le héros dans la panade auprès de son fils (avec qui il a une relation absolument adorable) et c’est quelque chose de très dur à voir visuellement. C’est super bien géré.

Je ferais probablement un article bilan une fois que j’aurai entièrement terminer la première saison, mais étant donné que je suis plutôt loin (il me reste deux épisodes à voir), je me devais d’écrire cet article pour vous convaincre d’aller voir la série. Les acteurs jouent parfaitement leurs rôles, ils savent clairement jouer des héros complexes et très « gris » (loin d’être manichéens). L’amitié Luther/Mike est juste la plus belle chose que j’ai pu voir dans une série (en dehors de Sam et Dean dans Supernatural, évidemment) et j’ai vraiment hâte de connaître le dénouement pour tous ces personnages. Qu’il y ait ou non une seconde saison m’importe assez peu (enfin, ça va dépendre de la fin) parce que cette saison a été bluffante et que j’aurai bien trop peur d’être déçue pour la regarder (aka Altered Carbon S2 ). Bref. Allez regarder « V Wars ».

Articles recommandés

4 commentaire

  1. Elle a l’air de faire un peu peur cette série non ?

    1. Non, c’est une très bonne série 🙂 Elle ne fait pas si peur que ça 🙂

  2. Hello !
    J’ai moi aussi beaucoup aimé cette série, et j’ai adoré retrouver Ian Somerhalder,💋 avec un jeu d’acteur toujours aussi excellent, mais dans un autre genre. (je fais partie de celles qui ont adoré Vampire diaries….). Une série en effet qui casse les codes, mais qui était vraiment intéressante et surprenante dans de nombreux domaines, avec en bonus un excellent scénario…alors oui, je suis d’accord avec toi, il faut aller la découvrir…💋

    1. Il en faut pour tous les goûts ! J’ai eu ma période TVD, mais elle est assez vite passée notamment parce que je déteste vraiment Julie Plec comme scénariste/réalisatrice (mais c’est purement personnel). Je suis assez désolée d’apprendre que cette série a été annulée après seulement une saison, elle avait beaucoup de potentiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retrouvez-moi sur Instagram !