Les Milésiens [T1] : Un tome parfois trop explicatif

Auteur:  Etienne Grosjean

Auto-Edition

Genre : Fantasy

Publication le 18 Décembre 2019

Lecture Entraînante

« Sa respiration haletante trahissait toute son angoisse. Et celle-ci l’enfermait dans des
solutions utopistes. Sitôt calmée, elle s’apercevrait de leur absurdité. Il n’y avait rien à négocier. Depuis toujours, les hommes se battaient et mouraient pour des causes qui leur échappaient. Et quand la mort les enveloppait, ils l’acceptaient avec dignité et honneur. Tel était leur destin. »

Le choix des armes est le tome 1 de la trilogie Les Milésiens.

Tir Bold est une terre celte découpée en 13 nations dont le quotidien est rythmé par les jeux politiques des alliances et des conflits.

Au milieu des luttes de pouvoir, trois individus, tiraillés entre leurs ambitions personnelles, la protection de leurs clans et l’avenir de Tir Bold, découvrent leurs destinées au hasard des vérités et des mensonges, de la bravoure et de la peur. Jour après jour, ils constatent l’ampleur des sacrifices à endurer.

Ai-je déjà mentionné à quel point cette période était compliquée en terme de lecture ? Ma Pile à Lire du mois de Mai est bien plus compacte que celle du mois d’Avril, sauf que j’avais oublié que mon Université allait comprendre qu’ils ne rouvriraient pas leurs portes et donc qu’ils nous bombardent littéralement de devoirs (en plus du mémoire que je peine à écrire, quand je l’écris). Donc la lecture repasse en second plan, ce qui me laisse assez peu de temps pour lire tous les romans que je dois lire, or pour certains d’entre-eux, j’ai des délais imposés que je ne peux changer. Heureusement pour moi, ce roman est le dernier sur la liste des romans à dates imposées, me laissant souffler pour quelques jours (et c’est la meilleure période pour ça, avec mes résultats d’examens en fin de semaine). Bref, j’ai lu ce premier tome très prometteur. Qu’en ais-je pensé ?

« Lorsque Cian s’éveilla, le soleil dardait ses premiers rayons à travers les planches de la porte de bois. »

Alors, le premier très bon point, c’est que le roman prend le temps de nous présenter les différents clans, les héros et anti-héros, leurs habitudes, leurs façons de vivre… Je dirais peut-être un peu trop ? Je dois dire que j’étais plus qu’heureuse de commencer à voir apparaître le surnaturel et de plonger dans une action un poil plus rythmée et envoûtante. Après, ce roman est un premier tome donc il était important de mettre l’accent sur la présentation des protagonistes et nous permettre donc de mieux comprendre leurs façons d’agir à leurs époques et selon leurs caractères (et puis on se crée des chouchous, donc c’est pas plus mal). J’ai été ravie de me replonger dans un univers très celtique. J’adore cette mythologie, ces univers, l’ambiance, les noms, je peux presque entendre l’accent quand ils parlent (et non, je n’ai jamais regardé « Outlander »). Je trouve toujours cela très amusant d’avoir le personnage qui essaye de rendre les relations entre les clans moins « musclée » et « bourrins » en apportant les débats, mais qui échoue toujours plus ou moins.

Le surnaturel m’a clairement happée dans le récit avec force. C’était un point important et intéressant à traiter, je ne peux qu’être ravie du résultat. L’auteur a le dosage presque parfait de description et d’action, de rebondissement et de moments calmes pour que le lecteur ne se sente jamais noyé dans les informations (à part un peu au début avec l’avalanche de noms de personnages et de clans, mais il faut bien poser les bases à un moment). Le fait de changer de personnage à chaque chapitre est une chose que je n’aime en général pas vraiment, ayant toujours peur de ne plus savoir qui est qui ou qui fait quoi avant la fin du roman, mais ici j’ai réussi à suivre tout le monde et j’avais hâte de revenir sur certains personnages afin d’avoir la fin de leurs aventures. Je ne sais pas exactement où tout cela va nous mener encore dans les suites, mais j’ai hâte de savoir. Je pense que dans tout le roman, le personnage qui m’a le plus touché reste Elada, surtout dans les dernières pages. Elle vit tellement de choses et ça me fait si mal au coeur de la voir totalement désemparée. J’espère qu’elle sera plus heureuse dans le futur.

Cian est un personnage intéressant, parce que c’est le premier que l’on rencontre, mais pourtant pas forcément celui que l’on suit le plus. Il est très rapidement rejoint par le reste du petit groupe, avec l’alternance de chapitre. Il a pourtant une évolution incroyable au long du roman et c’était un réel plaisir de le voir grandir aux travers des épreuves. De même que pour Elada, j’espère que le futur lui réserve aussi quelques belles surprises, parce que parfois, il faut tout de même chouchouter ses personnages. Les faire souffrir tout le temps, c’est pas terrible. La fin du roman est poignante (littéralement) et me fait vraiment songer à ce que la suite pourrait donner. Le chemin d’Elada semble tracé par la colère et la vengeance, mais ira-t-elle au bout ? J’en doute. Mais je ne le saurais pas avant le tome II, donc j’ai le temps de me faire mes théories.

« Tout son être ne respirait plus qu’à travers l’armure de la vengeance »

Pour les amateurs d’univers complexe, construit, riche et pour les passionnées de medieval-fantasy sur fond de mythologie celtique, c’est LE roman qu’il vous faudra lire dès à présent (même pendant le confinement, c’est un e-book !) et dès que vous le pouvez. J’ai passé un très bon moment et bien que ça ne soit pas un coup de coeur, j’ai adoré ma lecture et je le recommande plus que chaudement.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retrouvez-moi sur Instagram !