Code 8 : La moralité et des super-dons font rarement bon ménage

Comme annoncé dans ma Watch-List du mois de mai, j’ai regardé « Code 8 ». Je ne savais pas forcément à quoi m’attendre, mais les deux cousins Amell jouent dedans, donc j’avais une « bonne » raison de regarder le film. Et je ne regrette absolument pas mon choix ! J’ai juste absolument tout aimé dans ce film.

Un film que j’ai adoré regarder

Ai-je remarqué que pour un blog axé sur la littérature ET entertainment (films/séries), je parle majoritairement de livres ? Tout à fait. Vais-je y remédier ? Disons que je vais essayer. Et on commence donc avec ce film, « Code 8 ». Je dois dire que c’est un projet qui m’intrigue depuis un petit moment et que j’attendais vraiment de voir. J’ai été une fan de la première heure de la série « Arrow », me permettant de découvrir Stephen Amell. Par la suite, la série « The Flash » m’a permis de découvrir son cousin, Robbie Amell, que j’ai pu ensuite voir dans « The Duff » ou plus récemment dans « ARQ ». Ce sont des acteurs que j’aime voir dans ses films, parce que je trouve qu’ils jouent bien dans leurs rôles et quand ils sont ensemble, ça fait des étincelles (hormis le rôle de Casey dans le film des Tortues Ninja pour Stephen, ça ne lui allait pas du tout xD). C’est un film qu’ils ont fait eux-même, le finançant avec une campagne de crown-funding, donc j’étais curieuse de voir le résultat.

Et je suis loin d’être déçue ! C’est un film qui partait, pour moi, assez « mal ». On a l’idée d’un groupe avec des dons rejetés par la population à cause d’un accident particulier (coucou « X-Men ») et surtout l’idée des gens avec des pouvoirs classés selon leur dangerosité (coucou « Darkest Minds »). Du coup, au début, je ne savais pas trop comment classer ce film et encore moins si j’allais aimer. Et au fil des minutes, j’en ai clairement pris plein la vue. Les effets spéciaux sont vraiment chouettes, assez sobre, ce qui les rend assez impressionnant et fonctionnels, les acteurs jouent merveilleusement bien dans leurs rôles (en même temps pour Stephen, c’était plus ou moins Oliver Queen mais avec des pouvoirs donc bon, disons qu’il maîtrise) et l’histoire m’a vraiment mis une claque. Sans vouloir trop spoiler, je trouve que la fin est d’une justesse incroyable. On a le personnage qui n’évolue pas, qui garde la même mentalité jusqu’au bout malgré toutes les épreuves qu’il a traversé; on a le personnage qui apprend de ses erreurs et paye le prix pour tout le monde (et qui, en plus, est un total anti-héro car bien qu’il agisse en chevalier blanc, il commet d’énormes erreurs qui, parfois, m’ont fait lâcher des « oh le bâtard ! » dans ma chambre) et le personnage féminin le plus développé ne sert, à aucun moment, de love interest (amen !).

Donc oui, la fin m’a clairement mise sur les fesses parce qu’elle va à l’encontre des clichés de films d’action où justement, on a une fin aigre-douce, où les héros s’en sortent même quand ils sont dans l’illégalité. Ici, la morale est clairement que si tu cherches les ennuis, tu vas devoir en payer les (lourdes) conséquences. Et même si ça m’a fait mal au coeur, j’ai adoré. L’écriture est, pour moi, le gros point fort du film, ce qui lui permet de se distinguer des films comme « X-Men » ou « Darkest Minds ». On voit clairement les limites du pouvoir des individus, à aucun moment ils ne sont surpuissants. Rien que la condition de la mère du « héros », Connor Reed (Robbie Amell) en dit long sur le traitement réservé aux gens avec pouvoirs: ils sont mortels, comme n’importe quel être humain. C’est un film qui traite de manière totalement sérieuse et réaliste des violences envers les minorités aux Etats-Unis (bien sûr, avec une métaphore) et le rendu est juste génial. C’est un film vraiment poignant et puissant psychologiquement parlant. C’est difficile d’en parler sans vraiment aller dans le côté « spoil », donc je n’en dirais pas plus, mais si vous avez l’occasion de le découvrir, faites-le. J’ai pu découvrir une nouvelle actrice, notamment, et je ne le regrette pas du tout.

Articles recommandés

2 commentaire

  1. Super article ; le film est très bien vendu. J’adore les films avec des anti-héros (moi aussi j’ai envie de lâcher des « oh le bâtard ! »). Si en plus, on traite de discriminations et que le personnage féminin a un rôle vraiment intéressant (et ne sert pas juste de faire-valoir aux personnages masculins), c’est le jackpot pour moi ! J’ai hâte de voir ça.

    1. Ecoute, tu me diras ce que tu en as pensé ! Mais j’ai vraiment apprécié ce film et oui, le personnage féminin a son propre arc et sa fin m’a vraiment fait plaisir 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retrouvez-moi sur Instagram !