La Tartine beurrée au sucre, et autres petits Bonheurs de l’Enfance : un titre bien long pour un roman très court !

Auteur:  Frédérik Maurès

Auto-Edition

Genre : Feel-Good

Publié en Juin 2020

Belle lecture

Douces ou sucrées, amères ou rances, parfois empoisonnées, nos « madeleines » ont un goût qui se rappelle régulièrement à nous. Il suffit d’un rien, une insignifiance du quotidien ou une vague perception de nos sens, pour que, sans prévenir, elles reviennent peupler notre mémoire, prendre de nouveau vie dans notre actualité et nous rappeler, même partiellement, pourquoi nous sommes devenus ce que nous sommes. Elles peuvent faire sourire ou faire resurgir de mauvais souvenirs, elles ont toutes en commun d’avoir contribué à nous façonner.


À travers une succession de récits et de souvenirs d’enfance, l’auteur nous entraîne dans la douce nostalgie d’un temps qui n’est plus, mais qui lui demeure immanent. Cette Tartine beurrée au sucre et autres petits Bonheurs de l’Enfance, au goût tantôt acidulé, tantôt suave, se déguste par petits bouts, avec gourmandise, pour nous plonger dans un univers de tendresse qui ressemble étrangement au bonheur.

Une fois n’est pas coutume, je me décide à lire des nouvelles. En général, c’est souvent le cas lors de voyages, de moments de brèves pauses ou juste avant de me coucher, afin de ne pas veiller trop tard ou rater quelque chose d’important, un événement en famille par exemple. Je ne suis pas forcément une aficionados des nouvelles, souvent parce que je les apprécie trop et que je veux plus d’histoires dans tel ou tel univers, tout en sachant pertinemment que je n’en aurai pas. Je suis ravie d’avoir pu découvrir ce petit recueil de nouvelles, écrit par Frédérick Maurès. De petites madeleines de Proust en effet, qui m’ont donné envie de me replonger dans les lectures de mon enfance.

« Allons, allons, finis ton assiette !« 

Il y a donc 27 nouvelles dans ce recueil de seulement 125 pages. Au début, il faut donc dire que j’étais un peu curieuse, parce que le titre est assez singulier et que je ne savais pas trop si les nouvelles allaient avoir un lien avec le petit-déjeuner ou s’il y aurait même un fil rouge entre chaque nouvelle. Au final, le fil rouge, c’est plus ou moins notre ressenti face à ces textes qui viennent tout droit de la tête de leur auteur ! Je pense que mes nouvelles préférées restent « La Gazette », pour la discussion vis-à-vis de l’écriture créative et ce qu’elle peut apporter à la vie d’une personne à l’imagination fertile (expliqué par le fait que je me retrouve beaucoup dans cette personne et que l’écriture créative fasse désormais partie de ma vie de tous les jours) et « Triste dEpart » parce que c’est la première nouvelle et que c’est celle qui donne le ton du recueil, en un sens. Elle donne un sens à toutes les bizarreries qui suivront et les rendent aussi adorable que sympathique.

La typographie des titres est ce qui reste un mystère pour moi, malgré une double lecture du recueil pour en chercher le sens. Les lettres en majuscule ne forment pas de phrase secrète (ou alors, je suis vraiment nulle pour déchiffrer ce genre de chose) et je ne crois pas que cela ait un lien avec les histoires contées. Peut-être était-ce simplement un dysfonctionnement de ma tablette (c’est possible, la pauvre n’est plus très jeune) et dans ce cas, j’ai passé deux heures à chercher la signification de détails inexistants, mais je préfère le soulever ici au cas où je ne sois pas la seule avec ce défaut mineur. En dehors de ça, j’ai passé un excellent moment lors de cette lecture. Plusieurs nouvelles ne m’ont pas vraiment marquées, probablement car je suis encore un peu jeune pour avoir les références, mais mon père, qui a lu certains passages avec moi pour m’aider, a tout de suite adhérer et souhaite désormais lire le recueil.

« Mais cette gazette m’a permis de prendre pleinement conscience de mon attirance pour le plaisir subtil de l’écriture créative, celle qui imagine des histoires, parfois extraordinaire, pour tenir le lecteur en haleine. « 

C’est donc avec un grand sentiment de curiosité et une envie de me replonger dans les romans qui ont marqués mon enfance que je clôt ce récit et cette critique, en espérant vous donner également envie de venir croquer dans cette tartine beurrée au sucre…

Articles recommandés

6 commentaire

  1. ça m’interpelle et ça a l’air facile à lire.
    Etant en congés la semaine prochaine, je vais avoir le temps de lire.
    je note 🙂

  2. J’aime beaucoup le titre qui en effet me fait penser à la madeleine de Proust. Je ne lis pas trop de nouvelles en général mais le thème est sympa et j’en lirai bien quelques unes!

  3. Merci pour ton avis sur cet ouvrage. Je ne suis pas spécialement fan des nouvelles en général

    1. De rien, merci de l’avoir lu !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retrouvez-moi sur Instagram !