Paré à déphaser ? : Il est parfois difficile de raconter une histoire

Auteure:  Maryline Gavériaux-Georges

Auto-Edition

Genre : Science-Fiction

Publié en Mars 2020

Lecture Mitigée

Vers la fin des années 2000, le scientifique Michael Zanders a découvert un quatrième état de la matière, rendant possible le voyage interstellaire. Deux siècles plus tard, Angus Thunderborn s’est hissé à la tête d’un véritable empire qu’il dirige d’une main de fer. Seul dépositaire des brevets de Zanders, il possède le monopole des voyages intergalactiques, a rétabli l’esclavage et réprime brutalement toute opposition. Des petits groupes de rebelles s’organisent un peu partout pour tenter de le renverser. Parmi eux, celui que dirige le Commandant Valentin. Par deux fois déjà, il a réussi à l’atteindre, mais Thunderborn semble avoir aussi découvert le secret de la vie éternelle. Le combat semble perdu d’avance. Pourtant, l’arrivée de Kathleen, jeune et brillante déphaseuse, révoltée par le comportement de ses semblables, au sein de la Rébellion pourrait bien changer la donne.

Il y a quelques jours, j’ai reçu une demande de service presse sur mon site préféré (aka Simplement Pro). C’est un roman de science-fiction, au résumé prometteur, auto-édité par une jeune auteure… Sur le papier, il avait tout pour me plaire ! Et étant donné que j’ai désormais un petit peu plus de temps pour écrire et lire en ce moment, j’ai accepté et j’ai commencé le roman ! Puis, il m’a fallu quelques jours pour écrire mon avis, parce que je ne savais pas trop sur quel pied continuer à danser. Je vous explique ?

«Vers la fin du XXIème siècle, un obscur petit scientifique du nom de Michaël Zanders découvrit un quatrième état possible de la matière.»

Dans ce roman, nous découvrons une jeune Déphaseur nommée Kathleen, vivant dans une terre futuriste, loin de celle que nous connaissons. Elle va apprendre l’existence d’une rébellion dont le but est de se libérer du monde aseptisé dans lequel elle a grandit. En effet, sa planète est loin d’être un Eden : conquéreur des mondes, elle asservit et anéantit les peuples des mondes colonisés grâce à une seule arme : Les Déphasants. Et tout se petit monde obéit à Thunderbolt, qui cache lui-même un terrible secret… Heureusement pour Kathleen, elle va tomber sur le commandant Valentin, le chef de la rébellion et ils apprendront petit à petit à se faire confiance afin de mettre un terme aux génocides. Ce pitch de base m’a rapidement conquise et j’ai apprécié ma lecture. Les descriptions sont fluides, agréables et bien menées, on peut facilement s’imaginer les diverses planètes et environnements que l’héroïne découvre et la plume de l’auteur est plaisante, ce qui rend la lecture très sympathique.

Comme toujours si je dois parler des personnages, je n’aurai pas grand-chose à redire ici. Kathleen est intéressante, assez bien écrite, avec une morale à laquelle on peut tous adhérer et des principes qu’elle s’essaye de conserver, même quand son aventure se complique. C’est un personnage que j’ai apprécié suivre, voir évoluer et grandir aux fils des pages, mais elle n’est pas forcément le personnage que j’ai le plus apprécié. Non, je pense que ce titre revient à ce cher Commandant Valentin. Il y a ce petit « je-ne-sais-quoi » qui le rend vraiment attachant. Ses connaissances, sa manière de faire fonctionner la rébellion, ses idéaux, il n’y a pas grand-chose à jeter, si je puis dire. Son évolution grâce à Kathleen est absolument parfaite, il a véritablement un arc de héro et j’adorerai vraiment en connaître un petit peu plus sur lui et ses envies.

Au final, la seule chose qui fait vraiment défaut au livre est sa rapidité. En général, qu’un livre aille vite et nous tienne en haleine est une bonne chose, mais je dois dire qu’ici il y a des passages qui sont trop survolés et qui nous donne une sensation de manque. L’épilogue arrive trop vite, on a encore tant de questions sur la suite des événements, sur le futur de nos héros et il nous manque quelque chose. Les bonds dans le temps sont parfois trop longs, ce qui passe sous silence énormément de voyages et évolutions de personnages, ce qui rend le rythme un peu bancal. Et je pense que le côté féministe du roman où Kathleen doit régulièrement se confronter à des hommes souhaitant la dominer est un poil trop présent dans ce récit, l’héroïne n’ayant pas besoin de ça pour exister et être « plus forte » que ses congénères, même masculins.

« Cette fois, lâcha-t-elle avec un signe de tête qui traduisait son intense satisfaction du devoir accompli, vraiment mort ! »

Pour finir, je pense que c’est une belle histoire de science-fiction, avec beaucoup d’idées et de potentiels, des personnages bien travaillés et un univers riche qui est malheureusement parfois mis de côté par de nombreux sauts dans le temps et quelques scènes un peu trop répétitive à mon goût. J’ai pourtant apprécié ma lecture et le recommande à tous les adeptes de la science-fiction.

Articles recommandés

4 commentaire

  1. danou tests et concours

    C’est cool que cet science fiction vous ai plus. Merci de nous avoir fait ^partager votre avis & un résumé

  2. coucou

    les défauts que tu cites ne sont pas rédhibitoires pour moi alors je vais tenter la lecture XD
    bises

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retrouvez-moi sur Instagram !