Le Kraken : un poulpos pas très rigolo(s) !

Pour terminer ce mois de Janvier 2021 en beauté, j’ai décidé de vous parler de LA créature. Celle avec qui j’ai découvert la cryptozoologie, celle qui m’a fait rêver (ainsi que toute une génération grâce à Pirates des Caraïbes) et celle qui hante encore, peut-être, nos océans. Je parle bien évidemment du plus géant des calamars, le Kraken. Montre des océans, probablement le cryptide le plus connu (avec le Yéti), je pense que la plupart d’entre-vous le connaisse déjà. Mais pour ceux qui découvrent, ou ceux qui veulent en savoir toujours plus, parlons-en !

Issu de légendes scandinaves du Moyen Âge, le Kraken (ou Craken) fait partie des nombreuses créatures marines existantes dans le Nord de l’Europe. Au XIIIe siècle, la saga islandaise Örvar-Oddr parle du « monstre le plus grand de la mer », capable d’avaler « des hommes, des bateaux et même des baleines ». Cette intrigante apparition revient dans des textes ultérieurs, comme la chronique du Suédois Olaus Magnus, qui décrit au XVIe siècle de colossales créatures, capables de couler un bateau. Ce type de récits continue de circuler au XVIIIe siècle, époque à laquelle ce monstre commence à être connu sous le nom de kraken, un terme norvégien désignant une réalité pour le moins fantasque.

Le mystère continue de planer autour de cet animal. On ne sait presque rien de son cycle de vie ni de ses habitudes, ni même s’il s’agit d’une seule espèce de calamar. Seules une équipe de scientifiques japonais et une chaîne nord-américaine ont pu le filmer de manière brève respectivement en 2006 et 2012. On sait malgré tout que les mâles mesurent environ 10 m de long et les femelles 14. Son oeil, le plus grand du règne animal, peut mesurer jusqu’à 30 cm de diamètre (dites-vous bien que malgré les vidéos, on ne sait rien de ce truc et qu’il est probablement toujours dans nos océans, hehe).

L’habitat de cet animal se situe dans des profondeurs extrêmes, surtout dans l’océan Pacifique, mais aussi dans l’Atlantique. Il trouve par exemple refuge dans le canyon d’Avilés, à 5 000 m de profondeur au large des Asturies. Habitués à en rencontrer lorsqu’ils partent en mer, les pêcheurs locaux n’ont guère accordé d’importance à la controverse autour de son existence. Cet animal leur est si familier qu’ils lui ont même donné un nom : le peludín (« petit velu ») ; un musée, qui lui est consacré, a par ailleurs ouvert ses portes en 1997 à Luarca, sur la côte des Asturies.

Niveau mythologique (parce qu’il existe aussi dans la mythologie grecque, évidemment) : c’est dans l’histoire de Persée qu’on retrouve notre poulpos favoris. Le Kraken est un monstre du dieu des océans Poséidon, à qui Andromède est donnée en sacrifice, sa mère s’étant dite plus belle que Héra. Persée sauva la jeune femme en pétrifiant le Kraken grâce à la tête de Méduse.

C’est la hantise de tous les navigateurs, car le rencontrer peut engendrer de terribles conséquences. Poulpe gigantesque dont la taille est parfois décrite comme celle d’une île, le Kraken fait chavirer le navire avec une de ses tentacules et le disloque ! Quelques marins tombés du bateau sont aussitôt dévorés par le monstre (chance de survie : -100%).

Bien qu’approcher le Kraken soit terriblement dangereux, on dit que beaucoup de poissons l’accompagnent ; la pêche est donc excellente près de lui, encore ne faut-il pas qu’il attaque. Grand nombre de pêcheurs ont pris ce risque, mais peu d’entre-eux ont réussit dans cette entreprise. C’est un monstre est particulièrement violent et ne laisse jamais un navire près de lui sans réagir.

Le calamar géant devint un personnage littéraire à part entière au travers d’œuvres telles que Les Travailleurs de la mer de Victor Hugo ou Vingt Mille Lieues sous les mers de Jules Verne. Toujours avide de nouvelles découvertes scientifiques, Jules Verne décrivit dans son roman l’épisode de l’Alecton et toutes les références mythiques et historiques à l’animal ; il y inclut aussi l’attaque d’un calamar contre le Nautilus lui-même. Les scientifiques analysèrent pour leur part les témoignages de marins et les restes de calamars récupérés en mer ou échoués, et conclurent qu’il s’agissait d’une espèce particulière, qu’ils baptisèrent Architeuthis dux.

 De nos jours, le Kraken est présent dans de nombreux films comme dans le deuxième opus de Pirates des Caraïbes : Le secret du coffre maudit de Gore Verbinski, dans le Choc des Titans de Desmond Davis et enfin dans le remake de Louis Leterrier.

Articles recommandés

9 commentaire

  1. Article intéressant.. dommage qu’il n’y avait pas de photos !
    J’ai surtout apprécié la partie mythologique

    1. Merci !
      Pour le Kraken, ça serait plutôt des illustrations 🤔 mais WordPress ne m’aime pas en ce moment et ne charge pas mes images…

  2. Lestestsdestephanie

    Oh c’est très intéressant ton article merci beaucoup

  3. merci pour ce moment de culture général !!

  4. Oh dommage qu’il n’y est pas d’llustration 🙂

    1. Oui je sais, WordPress et moi sommes en guerre là-dessus !

  5. j’adore les représentations du kraken, cette bête est vraiment fascinante je trouve !
    c est une de mes bestioles fantastiques favorites 🙂

    1. Pareil ! Une fabuleuse bébête !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retrouvez-moi sur Instagram !