Au-delà, morts et communication : la Nécromancie

Halloween. Cet événement s’approche petit à petit, n’est-ce pas ? On commence à voir fleurir les citrouilles, le maquillage et les costumes pour l’occasion (la majorité viendront de « Squid Game » j’en ai peur). Pourtant, ce n’est pas une fête très populaire en France. C’est plus une excuse pour mettre un costume et faire une fête. C’est pour ça que les articles d’Octobre sont tous en lien avec « Halloween ». Pour vous faire découvrir d’où vient cette fête et pourquoi elle intéresse autant. Aujourd’hui, on va parler d’un Art Divinatoire en lien avec tout ça : la nécromancie. Je pense qu’on a tous une idée de ce que c’est, mais creusons un peu.

L’Origine de la Nécromancie

La nécromancie est considérée dans la magie comme une discipline de la magie noire, mais à l’instar des autres, celle-ci est presque un domaine à part entière. C’est pour cela, que mages noirs et nécromanciens sont très différents. Le premier aspect de cette discipline est divinatoire. Le nécromancien invoque un esprit de l’Au-delà afin de connaître le futur et pouvoir prédire l’avenir ; car les morts ne sont pas tournés seulement sur leur passé, ils peuvent entrevoir les événements qui vont arriver.

D’ailleurs, l’origine du mot mort vient du mot grec signifiant divination. D’autre part, le mot nécromancie est dérivé du mot négromancie, niger signifiant noir. La nigromancie est l’étude des cadavres qui permet d’accéder aux pouvoirs obscurs ; on est alors, pas loin de la nécromancie.

La nécromancie, à proprement parlé, n’existe pas ; mais elle est très souvent présente dans les univers imaginaires. Néanmoins, on trouve certains de ses aspects dans la réalité. Le chamanisme, par exemple, est une pratique très liée aux esprits et à la communication entre les vivants et les morts. Les esprits des ancêtres sont appelés pour guider leurs descendants. On retrouve également des traces de la nécromancie dans le vaudou. Il est dit aussi dans l’ancienne Perse, que les méthodes de divinations en étaient assez approchantes, de même qu’en Chaldée et à Babylone. Plus récemment, le spiritisme côtoie aussi la nécromancie.

L’Histoire de la Nécromancie

Dès l’Antiquité, on tirait des entrailles des morts ou de l’inspection des cadavres des lectures de l’avenir. C’est une forme de magie qui a également été très pratiquée en Perse et à Babylone. Cette pratique a beaucoup diminué au Moyen-Age, notamment à cause de l’Eglise catholique, qui la condamne fermement, la jugeant démoniaque. La Renaissance a connu une recrudescence des nécromants, notamment par les Messes Noires.

Au fil des siècles, la nécromancie a ensuite évolué pour devenir autre chose qu’un simple art divinatoire. Elle est devenue associée à la magie noire et à la réanimation des cadavres. Le nécromant pourrait alors conserver et utiliser le pouvoir des morts, ou bien les réanimer pour les forcer à exécuter sa volonté. Pour cette raison, la nécromancie est devenu quelque chose de considéré comme très négatif pour la plupart des personnes.

Puisque la nécromancie reste un art multiple, divers usages en sont tirés. En grande majorité, le nécromant l’utilise comme moyen de divination par invocation des morts, mais d’autres pratiques peuvent être citées. En voici une brève liste :

Ses usages :

  • LA DIVINATION : La pratique de nécromancie la plus courante est la divination par l’invocation des morts. Cela peut se faire par divers moyens, comme les tables tournantes, le ouija ou d’autres méthodes plus élaborées. Généralement, un rituel est mis en place pour favoriser l’apparition de l’esprit en question et pour pouvoir lui poser des questions.
  • LE SACRIFICE RITUEL : Dans l’Antiquité, il était courant de sacrifier un animal pour lire dans ses entrailles l’avenir. Leur disposition permettait à la personne pratiquant cet art divinatoire de comprendre l’avenir immédiat. On dit même que pendant la Renaissance, des nécromants sacrifiaient des enfants pour pouvoir lire l’avenir. Fort heureusement, cette pratique n’est plus d’usage.
  • LA REANIMATION DES MORTS : Une pratique de nécromancie spectaculaire serait la réanimation des morts. Le nécromancien, grâce à un rituel, pourrait réanimer des cadavres. Ces derniers n’auraient aucune volonté propre mais suivraient les désirs de leur maître. Il n’y a cependant aucun cas avéré de cette pratique, qui semble être tirée de l’imagination populaire plus que des faits.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :