Félines, ou comment accepter sa différence à travers une mutation dystopique

Auteur: Stéphane Servant

Edition Rouergue

Genre : Fantastique

Coup de Coeur

Vous la connaissez certainement :
elle s’appelle Louise R., elle a dix-sept ans.
Elle a été l’une des premières jeunes filles de notre pays à être atteinte parla Mutation. Comme bien d’autres, son corps s’est métamorphosé, ses sens se sont aiguisés et sa vie n’a plus jamais été la même. Son visage a été vu sur tous les écrans, sur tous les réseaux sociaux. Ses prises de position et le récit de sa clandestinité ont bouleversé toute une génération.

Ce document inédit est son témoignage. A travers elle, c’est aussi l’histoire de Fatia, Sara, Morgane et de toutes celles qu’on a appelé « les Félines ». Adolescentes et résistantes, elles se sont un jour dressées contre l’oppression et les discriminations. Elles se battent encore aujourd’hui pour leur liberté.

Ce texte est le récit de leur combat.

Aujourd’hui, je vous parle de ma première lecture commune avec @atousleslivresquejaimes ! Il s’agit du roman « Félines », édité par les éditions Rouergue. Un roman sur une mutation, l’acceptation de soi et des différences. En quelques sortes, ce roman m’a fait penser aux films « X-Men » produit par la 21th Century Fox, avec cette idée de mutation rendant certaines personnes « à part », en faisant des pariahs, tandis que les autres, considérés comme « sain » et « normaux », les rejettent et les traquent comme des animaux. Un roman très juste et encore surprenamment d’actualité avec le COVID !

«C’est bon, vous êtes prêt ?»

La première chose à noter avec ce roman, c’est le ton avec lequel est raconté l’histoire de Louise. Le récit est parfois maladroit, parfois un peu décalé, il brise le quatrième mur régulièrement (pour ne pas dire tout le temps) et il y a parfois des disruptions de chronologie (retours en arrière, flashbacks etc…). Un ton qui pourrait jouer en défaveur du roman (je ne suis pas la plus grande amatrice de roman raconté de cette façon), mais qui a l’effet inverse. Grâce à ce ton plutôt inhabituel, l’auteur nous permet de nous attacher rapidement au personnage de Louise et ce, dès les notes de l’auteur, qui nous préviennent que le récit est une histoire vraie et que la jeune femme a réellement témoigné, ce qui nous pousse, inconsciemment, à rentrer dans l’histoire dès les premières lignes. Si on rajoute à cela les descriptions réalistes du lycée, les portraits des étudiants ou celui de la famille de Louise, tout est fait pour que nous entrions dans le récit comme si nous le vivions depuis l’extérieur. Comme si nous lisions, peut-être, un journal intime. Ou une interview particulièrement longue et détaillée.

Et c’est ce ton si étrange qui permet également à l’auteur de parler de nombreux sujets sensibles avec justesse (ce qui, parfois, fait un peu froid dans le dos). Je parle de moment comme celui où certains élèves se moquent d’une jeune femme et notre héroïne en fait de même car elle est heureuse de ne pas être à la place de celle dont on se moque. Un constat qu’elle dénonce elle-même comme cruel, mais qui nous fait ressentir du mal-être, non pas parce que ce comportement nous rend mal à l’aise, mais parce que, peut-être, nous avons été Louise. Ou nous sommes Louise. Un autre moment que j’ai particulièrement apprécié est celui où Fatia, une jeune maghrébine, est violement huée parce qu’elle refuse de retirer son foulard de sa tête. Ce à quoi elle répond, avec justesse, que si ses tenues précédemment courtes et provocantes ne gênaient personne au lycée, pourquoi un foulard le ferait ? Encore une fois, sujet sensible que le roman traite avec une grande justesse et un certain cynisme.

Le roman est puissant. Les similitudes avec notre situation actuelle sont nombreuses (pour un roman écrit en 2019, c’est assez surprenant) et rendent l’histoire d’autant plus poignante et violente pour le lecture, selon moi. Les descriptions sont extrêmement précises, rendant les scènes de violence plutôt graphique (ou c’est juste mon cerveau dérangé qui s’en charge) et les scènes plus tendres deviennent légères et des bouffées d’air bienvenue. Je ne saurais comment me positionner sur la fin. Il y a à la fois une idée de cliffhanger, puisque ce n’est ni une fin heureuse, ni totalement malheureuse. Il reste encore des situations non terminées (au sujet de Tom ou de Sara, par exemple). Pourtant, il y aussi ce sentiment de « ce n’est plus le problème de cette génération » qui s’installe. La fin du roman nous fait clairement comprendre que le combat continue mais que l’espoir renaît avec la nouvelle génération qui eux, parviendront à faire entendre leurs voix.

« Venez voir à quoi ressemble le monde de demain« .

« Félines », c’est 375 pages d’un combat pour l’acceptation des différences.
Qu’elles soient raciales, ethniques, religieuses, liées à la couleur de peau ou, dans ce cas présent, à la mutation, le roman saura mettre tout le monde d’accord sur un point : l’égalité n’est pas innée. Avec la polémique américaine sur le mouvement « Black Lives Matter » ou plus récemment l’affaire Samuel Paty qui a fait ressurgir une vague de haine envers une religion, ce roman semble quasiment prendre vie sous nos yeux. Chez les Félines, il y a les radicales et les pacifistes. Chez les Félines, il y a des marches pour faire entendre leurs voix. Comme le roman le dit, la « vraie » réponse n’est pas #JeSuisFéline ou #JeSuisPure.
La seule réponse, c’est simplement #JeSuis.

Découvrez ici la critique de ce roman chez @atousleslivresquejaime !

Articles recommandés

18 commentaire

  1. Pas un livre qui m’attire quand on voit tous les évènements actuels et ce sera de pire en pire avec l’évolution à mon avis !

    1. Je comprends. Après, justement, j’ai adoré ce côté très ancré dans le réel (même si la mutation ne l’est pas) ❤️ mais ce n’est pas de tous les goûts !

  2. Coucou
    Encore une fois c est pour moi
    le thème me plait bien et j avoue que ça fait en effet réfléchir aux vues de la situation actuelle qui est pas toujours jolie jolie

    bises

      1. Cc pas un livre pour moi je pense mais merci pour ton avis.

  3. Ta présentation m’a beaucoup plu. Je vais essayé de la découvrir pendant le confinement

  4. Les tests de Stéphanie

    Sa peutetre intéressant a lire

  5. Très chouette découverte pour les prochaines semaines. Le résumé me parle vraiment. J’ai aimé le ton.

  6. L ‘histoire a l air top , j’aime bien sa couverture du livre qui donne envie de le lire

  7. C’est un livre qui me plaît bien avec un thème qui colle à l’actualité. C’est si joliment résumé que cela donne envie de le découvrir et de le lire. Merci pour cette présentation

  8. J’aime pas trop tout ce qui est polémique, mais je suis d’accord avec la conclusion justement. Le truc c’est qu’on s’en fiche de savoir si on est ci ou ça. L’important c’est juste « je suis »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retrouvez-moi sur Instagram !