Blog Update – 09/06/21

C’est un article que j’ai beaucoup hésité à écrire, parce qu’il nécessite que je me livre un peu plus que d’habitude. J’espère que ça vous plaira quand même, bien qu’il y ait moins d’humour et beaucoup plus de sérieux.

Depuis le mois de Mai, ma présence sur les réseaux sociaux a été relativement disparate. Quelques storys par-ci par-là, de temps en temps des discussions en messages privés, des articles écrits la veille ou même le jour de leur publication, plus une seule lecture… Bref, seuls mes posts programmés pour Instagram et les articles prévus de longue date se postaient sans problème. Mais pourquoi ? Contrairement à beaucoup d’étudiants, je n’ai pas eu l’excuse des examens, puisque depuis la Terminale, c’est un concept qui m’est relativement étranger (et puis je suis en prépa, on a pas d’examens si ce n’est ceux pour entrer en école). Alors quoi ? J’ai eu des dossiers de candidatures à faire, pour les écoles de journalisme ainsi que pour des Masters de communication digitale (et rédaction web) et oui, ça prend du temps. Je pense que vous êtes nombreux à avoir déjà eu à faire des candidatures, il y a un nombre de papiers à réunir et à trouver (parce que mes derniers relevé de notes date d’il y a pratiquement deux ans, quand même), c’est éreintant.

Mais au-delà de ces formalités administratives, c’est surtout le moral qui a été sévèrement attaqué. Depuis le début de la pandémie (on remonte loin, je sais), le fait que je ne sorte jamais de chez moi, c’est pratiquement devenu un running-gag avec mes parents. Je me suis toujours sentie plus heureuse d’être dans ma chambre qu’à l’extérieur. Et jusqu’à maintenant, je ne me suis pratiquement jamais plainte de ne rien pouvoir faire en dehors de chez moi, d’être constamment sur mon ordi’ ou mon téléphone et de ne voir personne. Jamais. Ce qui a changé, c’est qu’au mois de Mars, les concours pour les écoles de journalisme ont commencé. Entre le 1er Mars et le 31 Avril, j’ai été plongée dans les dossiers, les révisions d’actualité, la rédaction d’articles imposés, les reportages à faire, les questions de motivation auxquelles il faut répondre, et j’en passe. En plus de ça, j’ai dû chercher des Masters en « plan B », au cas où je n’obtienne aucune école. Et tout ça dans une ambience familiale sur laquelle je ne vais pas m’étendre, mais disons clairement qu’on pouvait couper la tension avec un couteau à beurre.

Etant d’un naturel plutôt anxieux et en proie à des insomnies régulières, ce genre de situation, ça signifie (pour moi) : nuits blanches sur nuits blanches à s’imaginer les pires situations ; noeuds au ventre en permanence en entendant la notification des mails ; les nerfs qui lâchent pour un rien ; des moods-swing (parce que sinon, c’est moins fun) et une fatigue qui s’accumule mais contre laquelle je ne peux rien faire, parce que je ne dors pas. Autrement dit, j’ai passé deux mois à vivre comme un zombie, à penser que j’allais finir par commencer un travail chez McDonald’s à la rentrée (ou un autre fast-food hein, je ne suis pas regardante là-dessus) et à être regardée comme une pariah par ma propre famille. Donc forcément, quand le mois de Mai est arrivé, avec les candidatures en Master à terminer et les réponses d’écoles de journalisme qui arrivaient progressivement, le mode « Zombie » est passé au niveau 2. Et ça ne s’est pas arrangé quand, sur les 5 concours de journalisme passés, j’ai reçu 4 réponses négatives en l’espace d’une semaine. Ce n’est que le 27 Mai (relativement récent, vous en conviendrez) que j’ai reçu ma première réponse positive de la part d’un Master (bon, je suis prise aux oraux donc rien n’est encore joué, mais c’était déjà ça).

Donc autant vous dire qu’avec tout ça, Instagram et les réseaux sociaux, c’était bien loin dans ma tête. Bien sûr, je passais toujours sur Insta’ pour regarder quelques Reels, surveiller le feed des mes comptes favoris et poster quelques commentaires, mais j’ai pris le plus de distance possible. Je commence maintenant à revenir petit à petit, mais j’admet que c’est compliqué parce que je n’ai toujours aucune réponse à 100% définitive d’aucune école, donc je suis toujours dans le flou concernant mon avenir scolaire pour la rentrée de septembre (et ça me fait super peur). Je suis encore à fond dans la préparation des oraux, donc mon mois de Juin s’annonce tout aussi stressant que le mois de Mars ou d’Avril, mais heureusement je peux cette fois me dire que quoi qu’il arrive, j’ai au moins été prise aux oraux, je suis allée jusqu’au bout et normalement, quoi qu’il arrive, je ne devrais pas commencer un travail chez McDonald’s (même si c’est probablement moins terrible que ça en a l’air).

Quant au blog, c’est vrai que jusqu’ici, j’ai réussi à trouver le rythme parfait : deux articles par semaine (lundi/vendredi), plus un le mercredi si j’ai le temps et un truc à dire. Je ne me force pas, je prend le temps de trouver mes sujets et je découvre toujours de nouvelles choses, en me proposant parfois mes propres défis (comme le mois entier dédié à la Légende Arthurienne). Malgré tout ce que j’ai eu à faire ces quatre derniers mois, j’ai toujours trouvé du temps pour le blog, parce que c’est ce qui me passionne et ça me rendrait infinimment triste de ne plus pouvoir rédiger d’articles. C’est du travail, de rédiger tout ça, mais pour moi, c’est un break de tout le reste. Quand j’écris mes articles, je suis dans ma bulle, je ne pense à rien d’autre et ça me vide la tête. J’oublie les soucis, le stress, l’anxiété, tout.
Bref, c’est la fin de mon petit « Rant/Update » de ma vie en ce 9 Juin 2021, mais je voulais en parler, parce que je ne pense pas être la seule à traverser des moments difficiles et c’est important de réussir à en discuter et à sortir la tête de l’eau.

Je retourne terminer ma session de crawl (cette vanne était nulle, je m’excuse).

Portez-vous bien !

Articles recommandés

2 commentaire

  1. Prends soin de toi, c’est bien tout ce qui compte !
    Je comprends le cycle de la fatigue et des insomnies, je suis pareille même si ça ne va jamais à la nuit blanche (mais bon, 3h au compteur cette nuit, je suis déjà contente qu’elles aient été à la suite xD). La plupart du temps, les hypnoses m’aident pas mal à décrocher ! Est-ce que tu as essayé ? Ça ne marche pas chez tout le monde, et parfois il faut fouiller un peu pour trouver une personne qui nous convienne. Des fois j’écoute une nouvelle personne et j’accroche pas, je trouve sa méditation mal écrite. Puis d’autres fois je suis surprise et j’accroche bien !

    1. Merci !
      Je me suis mise à la méditation récemment ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :