Cérbère, Enfer et damnation : le dieu Hadès

Qui dit mois de septembre, dit…mon mois préféré [parce que c’est le mois de mon anniversaire, oui, on peut le dire] ! Du coup forcément pour fêter ça, je voulais faire un article sur LE dieu de la mythologie que je préfère, celui dont tout le monde parle (et en bien, en plus). LE Dieu apprécié de tous, celui qu’on qualifie souvent de méchant dans les histoires, mais qui n’en ai clairement pas un : Hadès. Le Dieu des Enfers, celui qui dirige le « monde du bas », qui s’occupe des âmes décédées bref, le frère clairement mis à l’écart par les deux grands. Mais c’est aussi le Dieu chouchou d’à peu près tout le monde…non ? Bref ! Parlons d’Hadès.

Hadès est le dieu des morts. Frère de Zeus, de Poséidon, d’Héra, d’Hestia et de Déméter, il est fils de Cronos et de Rhéa. Comme Zeus et Poséidon, il est l’un des trois maîtres  qui se partagèrent l’empire de l’Univers après la victoire sur les Titans. Tandis que Zeus obtenait le ciel et Poséidon la mer, lui-même se voyait attribuer le monde souterrain, les Enfers, ou Tartare. A sa naissance, Hadès avait été, comme ses frères, avalé par Cronos, puis rejeté.

Il participe à la titanomachie, à l’occasion de laquelle les Cyclopes lui fabriquent la kunée, un casque merveilleux lui permettant de se rendre invisible. Ce casque d’Hadès, pareil à celui de Siegfried dans la mythologie germanique, fut ensuite porté par d’autres divinités, comme Athéna, et même des héros, comme Persée.

Dans les Enfers, Hadès règne sur les morts. C’est un maître impitoyable, qui ne permet à aucun de ses sujets de revenir parmi les vivants. Il est assisté par des démons et des génies multiples qui sont placés sous ses ordres (par exemple Charon, le passeur, etc.). Hadès était un dieu important, car il englobait à lui tout seul le concept de « l’autre monde » et parfois l’idée du bien et du mal. Hadès, en grec, signifie « invisible ». Bien que le nom Hadès soit le nom du dieu lui-même, il est rapidement devenu synonyme de l’endroit où les morts iraient, de sorte que Hadès est rapidement devenu synonyme des Enfers. Hadès fait partie des dieux grecs les plus redoutés. Homère et Hésiode l’ont décrit comme étant un personnage « impitoyable », « odieux » et « monstrueux ».

Mais loin d’être un dieu uniquement lié à la mort et toute la crainte que cela inspire, cela reste très méconnu, mais Hadès était aussi le dieu des richesses cachées de la terre. Selon la mythologie grecque, on devait le sol fertile nourri et les richesses minières aux dieux des enfers. Cela se reflète notamment dans l’appellation romaine du dieu des enfers : Pluton. Dans sa forme latine, Pluton signifie « le seigneur des richesses ».

On lui sacrifiait des moutons noirs, et ceux qui offraient le sacrifice détournaient le visage. Son culte n’était pas très développé et il existe peu de statues le représentant.

Depuis qu’il en a pris le contrôle, Hadès a rarement quitté le monde souterrain. Lorsqu’il s’aventurait dans le monde des vivants, il préférait se rendre invisible. Il est parfois compté parmi les douze Olympiens, bien que cela soit contraire à la tradition dominante. Hadès est par ailleurs assez discret dans la mythologie, étant essentiellement lié à des légendes impliquant des héros (Orphée, Thésée et Héraclès sont parmi les rares mortels à le rencontrer). De plus, il sort rarement de son royaume : une fois pour enlever Perséphone et une autre fois pour se faire soigner sur l’Olympe la blessure infligée par une flèche d’Héraclès. Il possède des troupeaux qui paissent dans l’île d’Érythie, l’île rouge, gardés par le berger Ménoétès.

Depuis qu’il vit en Enfer, Hadès développa une personnalité plutôt morbide, que les autres dieux et les humains n’aimaient pas beaucoup, d’autant plus que Hadès semblait prendre plaisir à être craint. Parmi ces œuvres les plus célèbres, Hadès a créé un gardien pour le monde souterrain. Ce gardien était Cerberus, un chien à trois têtes qui dévorait toute personne qui n’était pas supposée se trouver en enfer.

L’histoire la plus célèbre du dieu grec raconte comment il a volé et épousé Perséphone. Hadès désirait une épouse depuis longtemps, et a demandé à son frère Zeus de lui accorder l’une de ses filles. Le dieu lui offrit Perséphone, la fille de Déméter, déesse de l’agriculture. Cependant, sachant que la déesse refuserait ce mariage, il consentit à l’enlèvement forcé de la jeune fille.
Fun fact : Hadès et Perséphone ont eu trois enfants : ZAGREUS, MAKARIA ET MELINOË.

Selon Ovide et Strabon, Hadès tombe amoureux de Menthé, une nymphe des Enfers. Mais cette liaison déplut fortement à Perséphone qui piétina la malheureuse Menthé. Hadès (ou Perséphone elle-même) la transforma en plante : la menthe.

Source : Daily Geek Show

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :