Chants envoûtants, queue de poisson et mythologie controversée : les sirènes

Suite à ma lecture du roman « De Sang, d’Ecume et de Glace », qui m’a laissé une impresssion plutôt mitigée, je me suis dit qu’il était temps qu’on parle de sirènes sur ce blog. Après tout, elles font partie des créatures fantastiques les plus connues et pourtant, il y en a des choses à dire sur elles ! Ces créatures, majoritairement representées comme étant des mi-femmes, mi-poissons (des femmes avec une queue de poisson, quoi), existent depuis un long moment. Selon les versions, elles sont capables de chanter des chants envoûtants les marins dans le but de les noyer et si elles quittent l’Océan par amour pour un être humain, leur coeur a une durée de vie limitée. Dans toutes les versions, elles ont également les plus beaux cheveux du monde malgré le fait qu’ils sont H24 dans l’eau salée (oui je suis jalouse, en même temps mes cheveux sont toujours secs malgré les masques donc bon j’ai de quoi).

Armand Point Tutt’Art@

Elles viennent au départ des mythes babyloniens dans lesquels plusieurs divinités sont en apparence demi-humaines demi-poissons. C’est le cas d’Oannes, la représentation du soleil au corps humain et à la tête de poisson ; remplacée ensuite par Ea, qui peut être considéré comme le premier triton. Mais c’est Atargartis, la lune, la première sirène au haut du corps : femme, et au bas du corps : poisson. Les babyloniens  pensaient qu’après avoir fini leur course dans le ciel,  le soleil et la lune sombraient dans la mer. Ainsi les divinités associées aux deux astres devaient donc avoir un corps adapté pour vivre dans les eaux mais également en dehors.
Chez les grecs, ce sont les tritons qui sont à l’origine des sirènes, des êtres moitié hommes moitié poissons ; ils sont chargés, par le dieu des océans Poséidon, de calmer les vagues et les tempêtes.

Plus tard, les sirènes apparaissent dans les récits grecs ; avec leur chant envoûtant, elles attirent les marins contre des récifs pour les dévorer. Ulysse, lors de son voyage, fait boucher les oreilles de ses compagnons et s’attache au mât de son bateau lorsqu’il entend leur chant pour ne pas tomber dans leur piège. Jason, lors de son voyage pour trouver la toison d’or, les rencontre également. Le musicien Orphée qui voyage avec lui parvient à surpasser leur chant et à contrer leur envoûtement ; vaincues, elles sont changées en rocher. Certains récits les décrivent avec des plumes ailées à l’origine. Lors d’un concours de chant contre les Muses, elles n’auraient pas voulu reconnaître leur défaite. Les Muses de colère leur ont arraché leurs ailes pour en faire des couronnes.

On en compte onze connues :

  • Aglaopé (au visage brillant)
  • Aglaophoné (à la voix superbe)
  • Leucosie (la blanche)
  • Molpé (chante des mélopées)
  • Parthénopé (au visage de jeune fille)
  • Peisinoé (la persuasive)
  • Raidné (celle en progrès)
  • Télès (la parfaite)
  • Thelxinoé (adoucit l’âme par la musique et le chant)
  • Thelxépeia (aux paroles apaisantes)
  • Thelxiopé (au visage convaincant)

En Inde, les sirènes nommées les apsaras, ne sont pas mauvaises comme leurs cousines grecques. Belles et grandes musiciennes, elles peuvent prédire l’avenir. Elles prennent plaisir à attirer les hommes ; mais pas pour leur faire du mal car elles rendent heureux ceux qui restent avec elles.

Articles recommandés

4 commentaire

  1. Les tests de stéphanie

    Oh merci très intéressant ton article

  2. Je ne savais pas qu’il existait différentes sortes de sirènes !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :