Coming-out et Asexualité : Loveless

Auteure : Alice Oseman
Editeur : Hachette
Genre : Contemporain

Résumé :

Georgia n’a jamais été amoureuse, n’a jamais embrassé qui que ce soit. Elle n’a même jamais eu de crush. Mais en tant que romantique passionnée de fan-fictions, elle est persuadée qu’elle finira par trouver SA personne. Or, lorsque Georgia entre à l’université, ses désirs de romance sèment la pagaille au sein de son groupe d’amis. La voilà embourbée dans sa propre tragi-comédie, à se demander pourquoi l’amour paraît si simple pour les autres et pas pour elle…

Déjà, après la demi-tonne de posts que j’ai pu voir sur « Heartstopper », je savais que je voulais lire les livres d’Alice Oseman, mais finalement, j’ai préféré commencer par « Loveless ». Tout simplement parce qu’après avoir lu le résumé, j’ai cligné des yeux et je me suis dis « mais c’est moi ? ». La question de savoir si, oui ou non, j’étais asexuelle, c’est une question que je me suis posée mille fois en deux ans. J’ai fait des recherches, j’ai lu des articles, mais ça n’avait pour moi rien de convaincant. Donc je me suis dis que j’allais essayer de lire un livre sur le sujet, pour voir si ça allait changer quelque chose…

L’intrigue…

Georgia n’est jamais tombée amoureuse, pas même un crush et pourtant, c’est une fervante lectrice de fanfiction et une romantique dans l’âme. Jusqu’ici, on est jumelle. A l’âge de dix-huit ans, elle se rend compte qu’elle se fait plus ou moins regarder de travers parce qu’elle n’a jamais embrassé quelqu’un, ni eu de relations sexuelles. Elle décide alors de remédier à ce « problème » et va essayer, grâce à ses amis, d’avoir ce fameux « premier baiser » et enfin vivre « une vie normale ».

Sauf que plus l’histoire avance et plus Georgia prend conscience que ça la dégoûte. Lire un baiser, lire une scène érotique, pas de soucis, mais la VIVRE ? Là non. Petit à petit, elle commence à se rendre compte de tout cela et au premier abord, elle se trouve anormale. Immature. Tous ces qualificatifs que j’ai moi-même déjà pu utiliser pour me qualifier, pour la même raison.

Les personnages…

Le personnage de Georgia est compliqué. Elle peut parfois prendre des décisions stupides, faire des choix pour le moins hasardeux, mais elle finit par prendre les bonnes décisions. Faire un coming-out est loin d’être chose facile, quel que soit l’âge et c’est exactement ce que Georgia nous montre ici. Je me suis partiellement reconnue dans certains de ses comportements, d’ailleurs.

Alors certes, certaines de ses actions sont vraiment débiles, mais au moins le roman ne le cache pas et le pointe même du doigt. Mais de mon côté, après cette lecture, j’ai été soulagée. Comme Georgia. Dans ma tête, je ne pensais qu’au fait que « je ne suis pas seule ». Ca peut paraître évident, mais jusqu’ici, j’avais l’impression d’être la seule à me poser ces questions et à chercher des réponses.

Conclusion

Au final, cette lecture m’a donné envie de lire « Heartstopper », certes… Mais m’a surtout donné quelques réponses. Je ne sais pas si je suis 100% prête à affirmer que je suis (ou non) asexuelle, mais disons que je peux désormais y réfléchir plus posément, avec un cas « concret » auquel me référer.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :