Famille, magie et mystères : Eldora T1

Auteure : Floriane Caffart
Editeur : Les Editions du Hamster
Genre : Fantasy
Nombre de pages : 236

Résumé : Arkann et Sayla sont nés Faunes dans une société qui les méprise.
Alors fuir… mais pour aller où ? Le Roi Reïgo surveille son peuple et lui défend de sortir d’Eldora. Que se passe-t-il derrière les murs qui protègent la cité des créatures de l’Extérieur ? Pourquoi des Semeths ne sont-elles pas revenues d’expédition ? Que cache ce monde interdit ?
Trop de questions obscurcissent l’avenir du royaume. Combien de temps le Roi pourra-t-il encore taire ces secrets ?Décidée à percer un mystère hérité de ses origines, la Princesse Heylinn est prête à sauter le pas… quitte à n’en jamais revenir.

Tout commence par un post sur la légende arthurienne… Au mois de Mai, j’ai décidé et réalisé l’incroyable idée de n’écrire que des articles en lien avec les légendes arthuriennes [parce que je suis une passionnée du Roi Arthur]. Grâce à ça, j’ai pu entrer en contact avec une auteure qui, comme moi, adore le personnage du Roi Arthur. De fil en aiguille, j’ai reçu quelques semaines plus tard son roman et je n’ai pu tenir que quelques jours avant de me lancer dans l’aventure. Et après un bon roman de science-fiction, je suis ravie de retrouver un peu de magie et de Fantasy ! Aujourd’hui, je vais donc pouvoir vous parler du premier tome d’Eldora, ainsi que des personnages Arkann et Sayla et de tout l’univers qui les entoure !

On entre tout de suite dans le vif du sujet avec Arkann qui se balade sur les toits pour observer la ville et le monde en toute tranquillité aux côtés de sa petite sœur, Sayla, dont il est très proche et très protecteur. Le point de vue change en fonction des chapitres bien que l’action continue, ce qui nous permet d’avoir des visions différentes d’un événement sans pour autant discontinuer le récit. On découvre ainsi Alya, une guerrière Semeth qui a pris les deux orphelins sous son aile, puis la princesse Heylinn qui ne rêve que d’une chose : voir l’Extérieur. Aux fils des pages, on en apprend petit à petit de plus en plus sur ce monde, la hiérarchie entre les races, mais également les menaces qui viennent de l’Extérieur et pourquoi est-ce qu’il est dangereux d’y aller. Au final, le roman se lit assez vite, le rythme est soutenu et on a vraiment envie de tout lire d’une traite sans s’arrêter. On est plongé dans l’univers de la première ligne à la dernière et même sans explications préalables, on parvient sans problème à s’imaginer les diverses locations et à comprendre les enjeux comme si nous y vivions depuis des années.

Au niveau des personnages, bien qu’ils soient tous liés par une raison filiales ou amicales, chaque personne suit son propre arc narratif et grandit à sa manière. Le premier personnage que l’on rencontre est donc Arkann. Sa dévotion à sa petite sœur est le trait principal qui est présenté dans ce premier tome. C’est, pour une bonne partie du récit, ce qui le pousse à avancer et à prendre des décisions, au point parfois de me faire craindre de le voir faire des erreurs graves. Au final, il finit tout de même par grandir et son personnage devient plus intéressant.
Sa sœur, Sayla, me semblait au départ assez peu intéressante, jusqu’à ses leçons privées avec Baérann, lorsque l’on découvre son don et ce qu’elle est capable de faire. Elle a un tempérament assez différent de celui de son frère et elle reste un personnage intéressant.
Ma favorite reste Alya, probablement parce que j’ai toujours eu un petit faible pour les guerrières et ce personnage en particulier est, pour moi, l’un des mieux écrit. Je l’ai trouvé très subtile, avec beaucoup de nuance et on sent qu’elle a un lourd passif qui se dévoile peu à peu. C’est sans doute parce que c’est une adulte, mais du coup elle a plus d’histoire personnelle et ça la rend plus intéressante. Et toute l’histoire avec les autres Semeths et l’Ordre complexifie encore plus ce personnage.
Au final, le personnage que j’aime le moins c’est probablement notre jeune Princesse, que j’ai trouvé capricieuse et assez hautaine, qui ne cherche qu’un enrichissement personnel et qui ne semble pas vraiment évoluer dans ce tome-ci. Cela viendra peut-être avec la suite, mais elle n’est pas vraiment mise en avant de façon positive.

Au final, c’est un univers que j’ai beaucoup apprécié découvrir. Le world-building est souvent la partie « critique » d’un récit, car s’il est bancal, le roman le sera aussi. Or, j’ai trouvé que l’univers d’Eldora est très bien construit et les personnages nous le présente très bien. La fin m’a beaucoup surprise parce que le roman s’arrête là où je pensais qu’il allait commencer, mais ça me donne d’autant plus envie de lire la suite et de découvrir toutes les vérités qui sont encore dans l’ombre ! Les arcs narratifs de certains personnages commencent véritablement à quelques pages de la fin et c’est aussi un peu frustrant, par moment. C’est un très bon début et j’ai hâte de découvrir la suite !

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :