Malédiction, romance et aventure : Le Royaume du Fleuve

Auteur : Sylvain Forge
Editeur : Michel Lafon
Genre : Fantasy

Résumé : Faire éclater la vérité Dans la cité de Nantos, où machines à vapeur et dirigeables côtoient magie et superstitions, les adultes sont atteints par un mal mystérieux qui les rend progressivement aveugles : la Dame brume. Le roi de Nantos a été assassiné. Pire encore, tout accuse le capitaine de la garde et son fils, Ludérik. Séparé de son père dans la fuite, le jeune garçon est prêt à tout pour prouver leur innocence, quitte à plonger au cœur d’un complot mortel. De l’autre côté du fleuve, Malvina, une jeune sorcière albinos, tente d’échapper à ceux qui la traquent sans relâche. Dans un monde où son apparence et sa magie dérangent, elle n’aura d’autre choix que d’apprendre à se battre pour survivre. Mais sur le chemin de Ludérik comme sur celui de Malvina, les traîtres sont légion, et ils ne reculeront devant rien pour ensevelir la vérité à tout jamais. La vérité sur la mort du roi, mais surtout sur l’origine du mal qui ronge le royaume du fleuve : la Dame brume.

Les prémices du récit sont intéressantes. L’idée d’un royaume dans lesquels toutes les personnages passant l’âge de 30 ans commencent à devenir aveugle et où deux jeunes gens se retrouvent trahi maintes et maintes fois par des gens qu’ils pensaient proches, j’étais totalement « on board ». Le style d’écriture est fluide, les personnages sont relativement intéressants et l’intrigue est assez bien mise en place… Mais tout semble aller vers l’idée que la fin de ce récit n’est qu’une infime partie des aventures, or je ne crois pas que ce roman soit un premier tome de saga.

Parlons des personnages, justement : il y en a trop. Alors que le résumé nous en tease deux, on se retrouve avec pas moins d’une dizaine de personnages et heureusement que les débuts de chapitre nous rappelle qui nous sommes censés suivre, parce que sinon je me serais perdue ! Ils sont pourtant bien traités, même si trop survolés à mon goût, notamment à cause du fait qu’ils soient aussi nombreux, ce qui laisse peu de place à un quelconque arc narratif pour tout le monde et les relations entre certains personnes sont….accélérées, si on peut dire. Donc je ne sais pas, je pense que soit certains points de vues auraient dû être mis de côté, soit le roman aurait dû être plus long.

Quand à l’intrigue… Je pense que la fin du roman se veut ouverte, mais à mon sens elle n’est même pas finie ? Le méchant principal n’est pas battue, les protagonistes ont gagnés une bataille mais sont encore loin d’avoir gagné la guerre et en plus, la maladie principale dont on nous donne l’explication, impliquant que la vérité doit être révélée au plus vite… Ce n’est pas le cas ? Si ce roman est, effectivement, un premier tome, alors je dirais que l’intrigue est bien menée, quoique parfois un poil rapide ou semble parfois « trop facile » . Si ce n’est pas le cas, la fin me laisse perplexe. Pour autant, j’ai passé un très bon moment de lecture avec Ludérik.

Articles recommandés

2 commentaire

  1. Lestestsdestephanie

    Je suis pas très fin ouverte je préfère les histoires ou on impose une fin je trouve sa plus sympa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :