Renard à neuf queues, soucis de famille et âmes manquantes : Wicked Fox T1

Auteure : Kat Cho
Editeur :
Genre : Fantasy
Nombre de pages : 420

Résumé : Gu Miyoung, 18 ans, a un secret : c’est une gumiho, un renard à neuf queues qui doit dévorer l’énergie des hommes pour survivre. Parce que si peu croient plus aux vieux contes, et avec tant d’hommes malfaisants que personne ne manquera, la ville moderne de Séoul est l’endroit idéal pour se cacher et chasser. Mais après avoir nourri une pleine lune, Miyoung croise la route de Jihoon, un garçon humain, attaqué par un gobelin au fond de la forêt. Contre son meilleur jugement, elle viole les règles de survie pour sauver le garçon, perdant sa perle de renard – son âme gumiho – dans le processus. Jihoon sait que Miyoung est plus qu’une belle fille – il a vu ses neuf queues la nuit où elle lui a sauvé la vie.
Sa grand-mère lui racontait des histoires sur les gumiho, sur leur pouvoir et le danger qu’ils représentent pour les hommes. Il est attiré par elle de toute façon. Lorsqu’il trouve sa perle de renard, il ne se rend pas compte qu’il tient sa vie entre ses mains.
Avec des forces meurtrières tapies en arrière-plan, Miyoung et Jihoon développent une amitié ténue qui s’épanouit en quelque chose de plus. Mais lorsqu’un jeune chaman tente de réunir Miyoung avec sa perle, les conséquences sont désastreuses et ravivent une querelle vieille de plusieurs générations. . . forçant Miyoung à choisir entre sa vie immortelle et celle de Jihoon.

Depuis l’âge de quinze ans, je voue une passion sans borne pour UNE créature. Et bien que le tigre soit mon animal totem, c’est bel et bien le renard à neuf queues qui a su conquérir mon petit cœur de passionnée de légendes. Le Kistune/Gumiho (le nom diffère selon les légendes et les pays), c’est le nom de cette créature dont je vous parlerai en fin de semaine [l’article arrive vendredi !]. Et depuis que je connais cette légende, j’ai déjà pu regarder de nombreuses interprétations dans des films ou des séries. Plus récemment, c’est avec le drama coréen « Tales of the Nine-Tailed » [littéralement « Les Contes du Renard à Neuf Queues »] que j’ai redécouvert le mythe et ça m’a mené à ce roman : « Wicked Fox ». Qu’ai-je pensé du roman ? Je vous dit tout ça.

J’ai tout bonnement adoré ce roman. Est-ce parce qu’il ressemble en tout point à un drama coréen (et comme j’en regarde plein en ce moment, je suis immergée dans cette culture) ? Est-ce par la fluidité de la plume de l’auteure, la qualité de l’intrigue ou tout simplement le folklore qui est dépeint dans le roman ? Je ne sais pas. Quoi qu’il en soit, j’ai fermé ce roman avec une petite larme à l’œil, en me disant que je ne pourrais pas lire le tome 2 avant un moment (parce que je suis en plein no-buy et je compte bien tenir jusqu’à la fin du mois de Juin, histoire de finir ma PAL). Je ne peux même pas dire ce que j’ai préféré… Enfin si. Le folklore. Surprenant, n’est-ce pas ? J’ai adoré découvrir les légendes des Gumiho/Kistune, découvrir aussi les personnages des Goblins, les Shamans, tout ce qui tourne autour de la « fox’s bead » ou la « perle du renard » qui, selon la légende, renferme l’âme d’un renard à neuf queues. Tout cela mélangé à la culture coréenne, avec les termes exacts (et non traduit !) et le petit lexique en fin de roman pour expliciter tous les termes coréens, histoire que les lecteurs non-familier avec la langue puisse tout de même comprendre. Au final, j’ai lu ce roman de la même manière qu’on peut dévorer une série. Chaque fin de chapitre semblait être une fin d’épisode et à chaque fois, je voulais lire le suivant pour satisfaire mon envie d’avoir les réponses.

La relation entre Miyoung et Jihoon est incroyablement bien écrite. Elle est fondée sur une amitié hors norme, avec des hauts et pas mal de bas, mais qui renforce justement leurs sentiments l’un envers l’autre. Pendant tout le roman, on alterne entre leurs points de vues, ce qui nous permet de découvrir d’un côté Miyoung et ses problèmes, entre la perte de sa perle et sa mère qui semble contrôler chaque minute de sa vie. Son arc narratif est cependant excellent : on passe d’une jeune femme tourmentée à une jeune adulte qui décide de s’émanciper du contrôle de sa mère pour vivre sa vie comme elle l’entend. Elle s’accepte et décide surtout d’accepter l’amour d’autrui, chose qu’elle n’avait jamais fait en dix-huit ans de vie.
Puis le roman se penche aussi sur Jihoon et ses soucis familiaux. Un jeune homme un peu perdu, à la situation familiale compliquée, qui parvient tout de même à rester souriant, adorable et empathique envers tout le monde. C’est typiquement le genre de personne qui ne peut pas être détestée, quoi qu’il fasse. C’est aussi le personnage pour lequel on a le plus de sympathie, du moins au début, puisqu’il est humain et qu’il est justement gentil et décide de prendre Miyoung sous son aile tout de suite.

Au final, ce sont deux « orphelins » qui se trouvent et se tentent de se reconstruire ensemble, tout en restant un peu gauche dans leur manière de faire, comme deux jeunes adultes. La vie n’est pas rose et la la fin du roman m’a vraiment arraché le cœur pour eux. On sent dès le départ que ça ne va pas être un « happy ending » (même s’il reste le tome 2, je vais essayer de garder espoir) et la fin de ce premier tome nous le montre clairement. Les dernières révélations sont vraiment dures mais ça permet également aux deux jeunes personnages de grandir une fois de plus, tout en les rapprochant. Leur relation à la fin du roman est assez floue mais c’est une base parfaite pour une suite !

Articles recommandés

2 commentaire

  1. A priori le roman n’a pas été traduit en français ? Bon, ce sera l’occasion de me remettre à l’anglais, j’aime tellement les kitsune et les gumiho <3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :