Révolution, amour interdit et LGBT+ : Crier’s War & Iron Heart

Auteure : Nina Varela
Editeur :
Genre : Fantasy

Résumé : Amour impossible entre deux filles – une humaine, une Made. Un amour qui pourrait faire naître une révolution.

Après que la guerre des espèces a ravagé le royaume de Rabu, les Automae, conçus pour être les jouets de la famille royale, ont repris les domaines de leurs propriétaires et ont plié la race humaine à leur volonté. Désormais, Ayla, une servante humaine qui monte les échelons à la Maison du Souverain, rêve de venger la mort de sa famille… en tuant la fille du Souverain, Lady Crier. Crier, qui a été fait pour être belle, pour être irréprochable. Et reprendre le travail de son père. Crier s’était préparée à faire exactement cela – à hériter du règne de son père sur la terre. Mais c’était avant qu’elle ne soit fiancée à Scyre Kinok, qui semble avoir mille secrets. C’était avant qu’elle ne découvre que son père n’est pas aussi bienveillant qu’elle le pensait. C’était avant qu’elle ne rencontre Ayla. Situé dans un monde fantastique richement imaginé, le premier roman de Nina Varela est un conte romantique d’amour, de perte et de vengeance, qui remet en question ce que signifie vraiment être humain.

MON AVIS SUR LE TOME 1

Je suis tombée amoureuse de la couverture, du résumé, puis de l’intrigue, des personnages, des relations, des retournements de situation, du roman… J’ai été aspirée dans le récit, j’ai eu le coeur brisé avec les personnages, j’ai été choquée avec eux, j’ai eu envie de jeter le roman à travers la pièce quand je sentais mon petit coeur de lectrice se briser. Je m’attendais à apprécier ma lecture, j’ai fini par adorer. Au-delà d’un coup de coeur, c’est plus un coup de couteau dans le coeur, surtout avec cette fin. Que dire, que dire…

Avec les deux premiers chapitres, je savais déjà tout des personnages. Je savais tout ce dont j’avais besoin pour affronter la suite, pour découvrir le reste des aventures de nos héroïnes. J’ai adoré le personnage de Lady Crier, avec son côté très posée, calme, mais pleine de passion et de gentillesse, sa bonne volontée et son envie de montrer à son père qu’elle peut être plus qu’une tapisserie. J’ai été émue par sa naïveté, horrifiée de la voir se faire manipulée à tout bout de champ et la fin m’a définitivement brisée pour elle, pour les choix qu’elle va avoir à faire par la suite, que je n’ose imaginer. C’est un personnage auquel on ne s’attend pas, parce que le résumé et le roman nous la vend d’une façon qui nous donne envie de la détester… Et ce n’est pas le cas.

Puis il y a le cas d’Alya, un personnage avec énormément de nuance, de fougue et de passion également, mais surtout pleine de colère. Et au long du roman, on peut voir sa colère devenir de l’impuissance, du doute, de la frustration, aussi. Je ne sais pas comment elle a réussi à se former un chemin vers mon coeur, parce que ce n’est pas le genre de personnage que j’apprécie, mais il reste une part d’innocence chez elle qui la rend extrêmement attachante et qui, justement, rend la relation entre elle et Crier possible. Parce que les deux femmes se complètent autant qu’elles se déchirent et c’est toute la beauté tragique de ce roman.

Si vous n’avez pas lu Crier’s War,
Que vous avez ENVIE de le lire…
Lisez-le.
Même si c’est en VO.
Faites-le.

Ce roman mérite bien plus que 5 étoiles, mais il n’y a pas plus, donc je m’en contenterai. J’ai hâte de lire la suite !

MON AVIS SUR LE TOME 2

J’avais hâte de retrouver les personnages du premier tome, de retrouver l’ambiance et les intrigues politiques en me plongeant dans cette suite. Je voulais savoir comment Alya et Lady Crier avaient évoluée entre les deux tomes, combien de temps avait passé et leurs situations. Je voulais à nouveau retrouver la petite flamme qui s’était allumée lors de ma lecture du premier tome, je voulais que ce tome-ci soit également un coup de coeur, quoi qu’il advienne. Est-ce que ça a été le cas ? Je vous dit tout ça.

On retrouve Lady Crier dans une situation assez…précaire. Après la fin du premier tome [SPOILER] où Lady Crier et Alya se séparaient suite à l’essai d’Alya de tuer Crier, la jeune femme a eu trois semaines pour tourner et retourner la situation dans sa tête et on la retrouve à quelques heures de son mariage forcé avec Kinok. Persuadée que c’est sa seule option pour sauver Alya, Lady Crier se rend vite compte que les gens qu’elle pensait de son côté ne le sont pas forcément et se retrouve à nouveau le dos au mur.
De son côté, Alya a rejoint son frère jumeau à la cour de la Reine de Varn et est en bien meilleure posture. Proche de la Reine, elle est nourrie, logée et blanchie au château en attendant le retour de son frère. Qui plus est, elle a même été accueillie avec son meilleur ami Benjy. Autrement dit, Alya semble s’être bien mieux débrouillée que Lady Crier pour s’assurer sa survie, mais les apparences sont souvent trompeuses, surtout dans ce roman…

L’évolution dans ce roman est un peu plus longue que dans le précédent. Là où le tome 1 rapprochait les héroïnes très rapidement, ce tome-ci prend son temps pour les retrouvailles. Les intrigues politiques sont mises au coeur du récit et tous les personnages semblent jouer un double-jeu pour se rapprocher de la vérité et faire tomber le pouvoir en place. En somme, personne ne peut faire confiance à personne. J’ai aimé voir le personnage de Lady Crier devenir moins naïve et parfois plus brutale et directe dans ses décisions et choix. Elle s’éloigne de plus en plus de l’image de la parfaite petite fille pour devenir une véritable battante et j’apprécie énormément ce choix. L’évolution d’Alya est moins marquante, mais elle n’est plus la jeune femme animée par la vengeance qu’on a découvert dans le tome 1. Son temps avec Lady Crier l’a adoucie et dans le tome 2, c’est toute l’intrigue avec son frère qui la rende parfois aveugle à certains dangers. La romance n’est pas le centre du récit, comme toujours, mais les passages sont du coup plus marquants et poignants. On peut sentir la détresse des jeunes femmes de ne pas connaître le sort de l’autre et on voit leur façon de réagir lorsqu’elles pensent à l’autre.

Articles recommandés

4 commentaire

  1. C’est beau de voir comme ces romans t’ont touché. Ce n’est pas forcément une histoire qui m’attirerais mais peut-être en vf!

  2. Je n’ai jamais lu ce genre de livre, mais ça a l’air passionnant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :