Révolution et science-fiction : Red Rising, Golden Son & Morning Star

Auteur : Pierce Brown
Editeur : Hachette/Poche
Genre : Science-Fiction
Nombre de pages : 382

Résumé [du tome 1] : « J’aurais pu vivre en paix. Mais mes ennemis m’ont jeté dans la guerre. »
Depuis la révolte de la Lune, les hommes ont conquis l’espace, engendrant ainsi une nouvelle société. Cette société est basée sur des classes de couleurs ayant chacune un rôle. Tandis que les Ors sont au sommet, Darrow est un rouge, en bas de l’échelle sociale, il creuse dans les mines de Mars pour récolter le précieux hélium 3 et permettre la terra-formation de la planète rouge pour l’accueil de la population. Heureux de son rôle, il vit avec sa femme Eo et sa famille. Mais son tendre amour n’est pas de cet avis, persuadée que les Ors les manipulent et les utilisent comme esclaves, elle sème des graines, celles d’une révolution. Darrow, du jour au lendemain, se retrouvera projeté dans une guerre qu’il n’a jamais demandée. Pour la gagner, il faut détruire la société depuis l’intérieur, mais tout d’abord, le jeune homme doit y pénétrer en se faisant passer pour tout ce qu’il a détesté et intégrer l’Institut des Ors…

AVIS SUR LE TOME 1

La première fois que j’ai entendu parler de cette saga, c’était sur le compte Instagram de @readingryffindor (une bookstagrammeuse française aux photos absolument incroyable). Il me semble qu’elle en était tellement fan, qu’elle s’était faite tatouée en rapport avec cette saga. Puis, plusieurs mois ont passé sans que je ne me décide à l’acheter… Jusqu’à ce que je reçoive un bon d’achat à la Fnac, que j’y vois les trois premiers tomes en poche et que je me bouge (enfin) le fessier. Au final, j’ai reçu les trois tomes au début de l’été (vers mai/juin) et j’ai attendu septembre avant de commencer le tome 1 (j’avais une assez longue liste de services presses à finir, si c’est une bonne excuse ? Je vous laisse juger ça sur /20). Et en lisant le tome 1, je me suis dit que ça serait plus sympathique de faire un avis « groupé » des trois premiers tomes, histoire de ne pas faire trois articles consécutifs sur une même saga. Du coup, si vous ne connaissez pas du tout la saga, vous pouvez juste lire mon avis sur le tome 1 et si vous connaissez, vous pouvez lire le reste ! Sur ce, je vous parle (enfin) de « Red Rising ».

C’est une saga à laquelle je ne m’attendais pas. C’est beaucoup plus « trash » et violent que je ne m’y attendais (il y a des descriptions de combats, d’opérations chirurgicales et de pendaisons, attention aux âmes sensibles) mais c’est aussi ce qui rend cette saga fascinante. Dans le tome 1, on découvre donc le personnage de Darrow, un jeune « Fossoyeur » (c’est comme cela qu’on appelle les mineurs qui creusent vers le centre de la planète) habitant sur Mars, qui appartient à la classe des « Rouge ». Ici, la population est supervisée depuis la Lune, appelée « Luna », par Octavia de Lune, la souveraine suprême. Ensuite, la population est divisée en castes de couleur : les Gris, qui « patrouillent dans les villes, les ports et les colonies » ; Les Blancs, qui « jugent et décident du bien et du mal » ; les Roses, qui « s’offrent pour le plaisir des grandes maisons » ; les Argents, qui « comptent et organisent » ; les Jaunes qui étudient, recherchent et soignent ; les Verts qui servent de techniciens ; les Bleus qui explorent les étoiles ; les Cuivres qui gèrent l’administration et enfin les Rouges, qui sont plus ou moins des esclaves. La vie de Darrow est réglée comme du papier à musique : forer la journée, puis rentrer et passer du temps avec sa femme Eo. Rien de plus, rien de moins. Jusqu’au jour où, suite à une sortie, Eo et lui finissent pendus… Et que Darrow survive. A partir de là, l’histoire est lancée.

Le roman nous permet de plonger dans la caste des « Or » qui règnent plus ou moins sur le reste des castes et d’en découvrir toutes les hiérarchies internes. En suivant Darrow, on assiste donc à l’entraînement des jeunes Ors qui vont par la suite devenir les chefs de guerre ou grands politiciens de la planète. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’entraînement est brutal et qu’on voit petit à petit Darrow perdre son humanité, jusqu’à devenir lui-même une des machines de guerre qu’il méprise tant. Ou presque, grâce au personnage de Mustang. L’évolution de Darrow est assez finement écrite, j’ai beaucoup apprécié son personnage et sa façon de voir les choses. Son évolution est assez lente, il finit par apprendre de ses erreurs dans la seconde moitié du roman et commence à vraiment évoluer « dans le bon sens » sur la fin. Plus le roman avance, plus il devient un leader et il commence enfin à mettre sa vengeance de côté, petit à petit. J’ai bien aimé le personnage, bien que parfois un peu bourrin (mais c’est pour ça qu’on l’apprécie !). Les personnages « secondaires » sont plutôt intéressants. J’ai beaucoup aimé Mustang et son côté beaucoup plus posé et sage, sa façon de gérer les choses qui font d’elle une meneuse-née, contrairement à Darrow. Il y a aussi Cassius, qui est un personnage à la loyauté incroyable malgré tout ce qui lui arrive et je comprends ses motivations jusqu’à la fin. Et Sevro, qui est probablement le garçon le plus sensé du roman et grâce à qui Darrow survit pas mal d’épreuves.

Au final, ce premier tome est plutôt intéressant. On pose les bases d’une société extrêmement compliquée, avec de nombreux rouages et énormément de corruptions. Tout est truqué, rien n’est juste et même si la nouvelle génération veut changer les choses, elle finit par jouer les jeux des anciennes générations. Une critique de la société tout en finesse, avec un héros complexe qu’on voit évoluer au fil des pages et des compagnons de routes incroyables. Un début de saga fort et impressionnant et même si ce n’est pas un coup de cœur, « Red Rising » reste un roman à lire absolument et une saga à découvrir urgemment.

AVIS SUR LE TOME 2

Etant donné que je vais parler du tome 2, il y a des risques de spoilers.
Donc si vous n’avez pas lu le tome 1, arrêtez-vous ici !
Si vous l’avez lu et que vous ne savez pas ce que vaux le tome 2, alors vous pouvez continuer.

Donc, suite au premier tome, Darrow a réussi sa mission. Il fait désormais partie des Ors, protégé par la Maison la plus influente et continue son entraînement pour gagner en influence de son côté. Deux ans se sont écoulés depuis la fin du tome 1 et on apprend qu’il a laissé derrière lui pratiquement tout le monde (aka Mustang et Sevro) pour se concentrer sur ses nouvelles missions. Bien qu’il ait gagné en maturité dans le T1, il continue d’agir en fonction de ses pulsions la plupart du temps et son égo s’est renforcé, ce qui parfois lui faire savourer une victoire bien trop tôt. Son parcours continue dans ce tome et il continue d’apprendre petit à petit l’humilité et la stratégie. Sa rivalité avec Cassius est toujours présente même si elle est à sens unique (Darrow ne déteste pas Cassius tandis que l’inverse n’est pas vrai). On retrouve Mustang, qui elle continue d’évoluer sur son chemin et ne sait toujours pas sur quel pied danser avec Darrow. Et c’est aussi le retour d’Harmonie, qui a prit la tête des Fils d’Arès et entre à nouveau en contact avec Darrow. J’ai apprécié devoir Darrow prendre du recul sur sa mission et essayer de préserver son cœur là où son âme est déjà partie, malgré le fait qu’il sache que toutes ses amitiés ou relations sont vouées à l’échec dès que les gens sauront qu’il n’est pas vraiment un Or.

Ce côté bombe à retardement est plutôt bien géré dans ce tome-ci. Dans ce tome-ci, ce sont les relations entre les personnages qui évoluent et qui changent. Certains se rapprochent (notamment Sevro et Darrow, grâce à une information à laquelle je ne m’attendais pas, d’ailleurs) et d’autres se trahissent (je ne peux pas vous dire qui sans spoiler, donc je n’ajoute rien de plus). C’est aussi le tome où il y a le plus de rebondissements. Parfois, le récit traîne en longueur, mais tout de suite après, on a le droit à un retournement de situation et de grosses scènes d’action et bam, on est de nouveau entraîné dans la lecture. Le rythme est plutôt agréable et même si parfois on se perd un peu entre alliance et ennemis, le roman nous ramène toujours au fil rouge : la mission de Darrow. Bien que j’apprécie l’évolution de Darrow, qui dans ce tome devient vraiment plus sage et réfléchi que dans le précédent, le personnage de Mustang reste mon préféré. Elle est méticuleuse, elle sait où elle veut aller et ce qu’elle veut, elle ne laisse personne lui marcher sur les pieds et la seule chose qui la bloque c’est le comportement qu’à Darrow envers elle (je comprends son attitude, mais ce chaud/froid est parfois un peu lourd).

Au final, ce premier tome est plutôt intéressant. On pose les bases d’une société extrêmement compliquée, avec de Ce second tome est beaucoup plus lourd que le premier. Là où le tome 1 nous présentait un peu tout l’univers, le rêve de Darrow, les fils d’Arès et la quête d’un monde meilleur, le tome 2 nous présente un monde froid et dur, que personne ne parvient à rendre meilleur. Pire, malgré les efforts des héros, le monde sombre dans le chaos au lieu de trouver la lumière. Le tome 2 éteint les rêves et espoirs de Darrow et ceux des lecteurs. Il n’est plus question que de trahison lorsqu’enfin, la vérité éclate. Les prémices du tome 3 me font très peur….

AVIS SUR LE TOME 3

C’est la première fois que je lis une trilogie aussi rapidement. C’est aussi la première fois que je me lance le défi un peu barge de LIRE une saga aussi rapidement. Mais je voulais lire « Red Rising » depuis trop longtemps et comme j’avais les trois premiers tomes, je voulais en connaître la fin…et j’avoue que la fin du tome 2 m’a bien donné envie de terminer ! Alors, je sais, il y a encore des tomes par la suite. Mais il y a aussi un épilogue à la fin du tome 3 donc je considère ça comme la fin de la trilogie de mon côté, d’accord ? Bref, attention, spoilers forcément si vous n’avez pas lu les tomes précédents, donc arrêtez la lecture ici ! Sinon, bah c’est parti !

On retrouve donc Darrow en mauvaise posture suite à la fin du tome 2. Roque l’a trahi en apprenant la vérité sur la Couleur de Darrow, Mustang l’a abandonné et son mentor est mort devant ses yeux. Il ne peut compter que sur Sevro et Ragnar, qui semblent être les deux seuls à lui faire entièrement confiance. Dire que le tome 3 est douloureux à lire est un sacré euphémisme. Comme je l’ai dit plus haut, le tome 2 éteint tout espoir d’arriver à un monde en paix, de pouvoir négocier, de trouver une solution à l’amiable. Trop de trahisons, une vérité trop difficile à avaler etc… Le tome 3 enterre l’espoir dès le début et ce n’est ensuite plus qu’un enchaînement de violence et de règlement de comptes, de la page 1 à la page 599. Les confrontations sont la plupart du temps physiques, parfois mentales (des engueulades qui finissent souvent au poings quand même). C’est une conclusion dans la lignée des tomes précédents, avec des personnages qui continuent toujours d’évoluer et de chercher à se sortir de la guerre qu’ils ont lancés.

J’ai bien aimé Sevro dans ce tome, notamment au tout début, quand il est en proie à tous ses conflits intérieurs et ait obligé de prendre des décisions difficiles en permanence. Darrow et Mustang restent les « têtes d’affiches » du roman, dans le sens où ce sont eux qui prennent les décisions logiques et calculées qui font avancer les choses. On découvre de nouveaux personnages également, comme la sœur de Ragnar, qui est une Valkyrie (alors l’arrivée des divinités nordiques m’a un peu surprise mais bon, pourquoi pas hein) et on a enfin de vraies discussions entre Roque, Darrow et Cassius. Les amitiés se terminent ou se renouent (ça dépend du personnage) et j’ai beaucoup aimé le chemin de pensée de Roque (même si je ne suis pas forcément d’accord avec sa manière de faire).

En conclusion, c’est une saga assez lourde à lire. Pas dans le sens où je l’ai trouvé ennuyante, mais elle aborde des thèmes et des idées qui sont difficiles à écrire correctement, et elle le fait très bien. Les personnages sont complexes, on ne sait jamais qui pourrait trahir qui, pour quelles raisons ou qui cache quel secret. Jusqu’à la fin de l’épilogue, les retournements de situations continuent de surprendre tout en étant parfaitement logique. Je pense que si je faisais une seconde lecture de la saga, je pourrais même les anticiper parce que les indices sont dans le sous-texte depuis longtemps. C’est une saga écrite avec brio et même si ce n’est pas un coup de cœur, c’est une lecture que je recommande chaudement.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :