Sang doré, immortalité et enfants de démons : The Gilded Ones [T1]

Auteure : Namina Forna
Editeur : Delacorte Press
Genre : Fantasy
Nombre de pages : 415

Résumé : Deka, 16 ans, vit dans la peur et l’anticipation de la cérémonie du sang qui déterminera si elle deviendra membre de son village. Déjà différente de tout le monde en raison de son intuition surnaturelle, Deka prie pour le sang rouge afin qu’elle puisse enfin se sentir à sa place. Mais le jour de la cérémonie, son sang coule d’or, la couleur de l’impureté – et Deka sait qu’elle fera face à une conséquence pire que la mort.
Puis une femme mystérieuse vient la voir avec un choix : rester dans le village et subir son sort, ou partir se battre pour l’empereur dans une armée de filles comme elle. On les appelle alaki, des quasi-immortels aux dons rares. Et ils sont les seuls à pouvoir arrêter la plus grande menace de l’empire.
Connaissant les dangers qui l’attendent mais aspirant à être acceptée, Deka décide de quitter la seule vie qu’elle ait jamais connue. Mais alors qu’elle se rend dans la capitale pour s’entraîner à la plus grande bataille de sa vie, elle découvrira que la grande ville fortifiée réserve de nombreuses surprises. Rien ni personne n’est tout à fait ce qu’ils semblent être, pas même Deka elle-même.

Depuis que j’ai commencé à lire, les occasions où j’ai pu lire des romans traitant d’un autre mythos que le nôtre (européen) furent assez rares. Pas par manque d’intérêt, mais parce que dans les genres que j’affectionne, c’est plutôt rare d’entendre parler d’autres choses que des grands auteurs américains ou francophones. Grâce à Instagram, j’ai pu découvrir tout un panel de mythologies et de romans divers et variés, dont notamment « The Gilded Ones ». Et comme je voulais me plonger dans la mythologie africaine prochainement, c’était l’occasion ou jamais de la découvrir via un roman qui me faisait déjà de l’œil ! C’est un roman écrit en anglais, je ne pense pas qu’il ait encore été traduit, donc si vous ne lisez pas en anglais, il ne vous intéressera peut-être pas. Alors, est-ce que « The Gilded Ones » est vraiment bien ? Je vous dit tout ça !

Dès le premier chapitre, le roman présente des thèmes forts, traitant notamment du racisme et de l’exclusion sociale. En à peine 20 pages, on comprend la situation précaire de l’héroïne, sa motivation à prouver sa « pureté » ainsi que tous les problèmes qui l’attendent si le test se passe mal. On nous présente ensuite le fameux rituel. Dans le style de « Divergent », c’est une cérémonie au cours de laquelle une jeune femme de 15 ans se fait entailler la peau pour prouver que son sang est bel et bien rouge, et qu’elle est donc « pure ». Une fois que c’est fait, la jeune femme devient un membre de la société et est libre de travailler et de fonder une famille. Le petit « hic » c’’est que les jeunes filles ne peuvent pas se permettre la moindre blessure avant leurs 15 ans, pour éviter de dévoiler la couleur de leur sang avant la cérémonie (ce qui m’a fait soulever plusieurs questions, mais c’est juste moi et mon cerveau bizarre). J’ai beaucoup apprécié toute cette partie, la présentation du village, des traditions et des divinités vénérées par les habitants. Cependant, le roman commence vraiment à partir du chapitre 3, après la cérémonie de Deka…qui ne s’est pas vraiment passé comme prévu.

Une chose est sûre : le roman est violent. Non seulement dans le sens où certaines explications sont très dure à lire et entendre, mais également parce qu’il y a des mentions de démembrements, torture, décapitation etc… La vie de Deka après sa cérémonie est loin d’être une partie de plaisir… Au-delà de tout ça, ce que je retiens le plus, ce sont les descriptions. Tout au long du roman, on découvre continuellement de nouveaux paysages, de nouvelles traditions, de nouvelles légendes et divinités, ce qui nous permet de mieux nous immerger dans le monde de Deka et de rendre le roman plus vivant. Et évidemment, il y a toute l’histoire autour des fameuses « Gilded Ones » et les divers « pouvoirs » de Deka, qui reste la partie la plus intéressante du roman à mon sens.

Au niveau des personnages, c’est évidemment celui de Deka que l’on suit pendant tout le roman. On la découvre comme une jeune adolescente dévouée à sa famille, rejetée par la grande majorité de son village à cause de sa peau trop sombre et terrifiée à l’idée de ne pas avoir le sang pur (ce qui lui causerai d’être encore plus rejetée par les autres). Au fil du roman, on la voit découvrir qui elle est, ce qu’elle est capable de faire et évoluer dans un environnement qui lui est un peu moins hostile. J’ai adoré son évolution, admiré sa volonté et son courage et dans l’ensemble, c’est typiquement le genre de personnage qui me motive à devenir une meilleure personne.
On a également la recru Keita, le partenaire de Deka lors de ses entraînements. C’est un personnage que j’ai appris à grandement apprécier au cours du roman. Dès le départ, il apparaît comme étant un bon soldat, mais aux fils des pages, sa loyauté envers Deka grandit et on l’apprécie de plus en plus. Au final, c’est probablement un des personnages les plus sensibles et adorables du roman !

Pour finir, ce roman m’a énormément marquée. Chaque révélation m’a choquée, les retournements de situations fonctionnent incroyablement bien et tout ce qui amène à la révélation finale est génial. C’est un livre que je recommande à 300% si vous aimez la Fantasy, les personnages féminins forts, les personnages bien construits et les intrigues un peu mystique. Si vous ne pouvez pas le lire (il est en anglais), ne vous inquiétez pas, les droits ont déjà été acheté et un FILM devrait bientôt faire son apparition (enfin pour le moment, le scénario est en cours d’écriture, mais ça va venir) !

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :