Vampires, liens et ames soeurs : Lore & Lust [Tome 1 à 3]

Auteur.e : Karla Nikole
Auto-Edition
Genre : Fantasy
Langue : Anglais [pas de traduction de prévue pour le moment]
Nombre de pages :

Résumé : Haruka est vivant, mais pas tout à fait vivant. Survivre mais pas prospérer. En tant que vampire de race pure d’élite au XXIe siècle, il est brisé. Contenu dans son existence médiocre. Il en a fini avec la vie. Mais la vie n’est pas finie avec lui. Lorsqu’il reçoit une demande officielle pour superviser un rituel de vampire désuet au château d’Hertsmonceux, Haruka quitte à contrecœur sa maison pour rencontrer un autre pur-sang. Le vampire n’est pas ce qu’il attend. Vraiment, il ne ressemble à aucun vampire que Haruka ait jamais rencontré : prudent, innocent et avec la chaleur et l’attraction gravitationnelle du soleil.

En me baladant sur Instagram (il y a probablement un an maintenant), je suis tombée sur le compte d’une autrice indépendante américaine. Elle venait de sortir le dernier tome de sa trilogie, une histoire de vampires avec des couvertures tout simplement magnifique. J’avais ajouté ces romans dans ma wish-list, sachant très bien que la probabilité pour que je les lise un jour était faible (j’oublie très souvent de checker ma wish-list instagram). Et puis à Noël, je me suis dis que je voulais faire un « gros » craquage livresque… Et j’ai acheté les trois tomes d’un coup. Sachant que je ne suis pas fan des histoires de vampires et que les deux raisons de ce craquage, c’étaient les couvertures et la romance LGBT+. Bref, qu’en ais-je pensé ?

MON AVIS COMPLET

MAUVAISE LANGUE QUE JE SUIS. Certes, c’est une histoire de vampires, donc ça va parler de sang (forcément) et de surnaturel (évidemment). En fait, le premier tome tourne même majoritairement autour du sang et de son importance. Mais l’auteure réinvente totalement l’univers des vampires. Dans « Lore & Lust », les vampires ne se nourrissent pas d’êtres humains (pas tous, en tout cas).

C’est même vu comme étant quelque chose de détestable, puisque ça « dépurifie » leur lignée. En fait, les vampires les plus purs et nobles se nourrissent du sang d’autres vampires. Pour expliquer ça simplement : si personne dans ton arbre généalogique ne s’est nourrit de sang humain, tu es considéré comme étant une des plus pures branches de vampires, tu peux vivre normalement et ça peut même t’octroyer des capacités surnaturelles en plus.

Alors que si quelqu’un, dans ton arbre généalogique, a bu du sang humain, tu es un vampire de bas rang et tu ne peux vivre normalement que la nuit, le soleil t’étant fatal.

LES EXPLICATIONS DE CLAIRE

Notre héros, Haruka Hirano, est un des derniers vampires « purs », ne se nourrissant donc que du sang d’autres vampires. Mais les vampires dont il se nourrit sont d’une classe plus bases que lui, ce qui veut dire qu’il n’est jamais complètement rassasié (en gros). Le seul moyen pour qu’il puisse l’être serait de trouver un vampire aussi ancien et pur que lui… Sauf qu’il n’en reste que trois dans tout le Royaume-Uni. Et au-delà de ça, Haruka fait partie des vampires « non-liés ».

C’est-à-dire qu’il peut se nourrir de n’importe quel vampire (les vampires étant liés entre-eux ne peuvent se nourrir que de celui/celle auquel ils sont liés). Et il semble avoir une certaine aversion envers l’idée d’être lié à un autre vampire. Et c’est à ce moment-là qu’il fait la rencontre de Nino Bianchi.

Ce dernier, bien que plus âgé qu’Haruka, est beaucoup moins intéressé par toutes ces histoires politiques et mondaines, bien heureux de tenir son petit bar et éviter le plus possible les autres vampires. Issu lui aussi d’une des dernières lignées « pures » de vampire, il serait la source idéale d’Haruka, et vice-versa. Et ce premier tome va tourner autour de cette question, sachant que s’ils se nourrissent l’un de l’autre, ils risquent de devenir liés, ce qu’Haruka rejette fermement.

LE RECIT

Le roman est court (environ 300 pages) donc je ne m’attendais pas à un récit aussi complexe, complet et créatif. Tout ce qui tourne autour des liens entre les vampires est extrêmement intéressant (mais difficile à résumer, comme vous pouvez le lire au-dessus).

Cette idée de vampires qui peuvent devenir la source exclusive d’un autre vampire pour le restant de leur jour (on peut résumer ça comme des âmes-sœurs) est très intéressante et ça donne un nouveau souffle au mythe des vampires en littérature.

LES PERSONNAGES

Et bien sûr, que dire des personnages ? J’ai tout bonnement adoré Haruka. Au fils des pages, on comprend petit à petit pourquoi il refuse d’être lié à un autre vampire, on découvre ses vulnérabilité et pourtant, aux yeux du reste du monde il reste très inexpressif, très droit et franc.

Le roman nous explique ses craintes, nous montre sa relation très fusionnelle avec son serviteur (qui est extrêmement drôle par moment et à aussi des moments très « paternel » envers Haruka). Et bien sûr, toute l’évolution de sa relation avec Nino, allant de « potentielle source de nourriture » à « âme-sœur » (le slow-burn est intense et extrêmement bien écrit).

Quant à Nino…Disons que s’il existe réellement un homme comme lui sur cette planète, je me DOIS de le trouver. Immédiatement. Nino, c’est le personnage avec très peu de sens des responsabilité, qui veut juste vivre sa vie, mais avec énormément de respect pour les autres et le cœur sur la main.

Il sait où sont les limites à ne pas franchir même s’il en a envie et il met toujours Haruka en priorité, sans pour autant s’oublier (il a de l’estime pour lui-même et il sait ce qu’il veut).

CONCLUSION

Bref, j’ai adoré cette histoire, ce couple, cette intrigue et ce mythe des vampires. C’était vraiment une super idée d’achat et je suis DESOLEE d’agrandir vos PALs qui n’ont rien demandé, mais il FAUT lire cette trilogie (en tout cas le tome 1). Oh, et si vous trouvez un homme comme Nino, épousez-le directement sans vous poser de question, je vous assure (sinon envoyez-moi ses coordonnées, je suis preneuse).

MON AVIS SUR LE TOME 2

Le tome 2 commence après un time-jump. On retrouve donc nos héros, Nino et Haruka, un an après la création de leur lien, en plein préparatif de mariage. Et alors que tout semble se passer pour le mieux, un ancien vampire assez étrange débarque chez eux et kidnappe Nino pour forcer Haruka à lui donner un livre.

Le livre en question, c’est « Lore and Lust », un livre qu’écrivent ensemble nos deux héros sur les fameux liens entre vampires (comment ils se forment, pourquoi est-ce qu’ils peuvent être brisés etc…). Une situation qui, bien sûr, met Haruka dans tous ces états (bon surtout la dépression) ce qui oblige Giovanni et Cellina, le frère de Nino et sa meilleure amie, a venir jusqu’à Haruka.

Parce que oui, là où le tome 1 se concentrait sur Nino et Haruka, le tome 2 alterne entre eux et le duo Giovanni/Cellina. D’un côté, l’enquête pour retrouver Nino, découvrir qui est ce mystérieux vampire et ce qu’il veut. De l’autre, deux anciens amis (avec affinités ?) qui se retrouvent et remettent les points sur les « i ».

LES EVOLUTIONS DES PERSONNAGES

J’ai bien aimé l’évolution des personnages dans ce tome 2. On sent qu’Haruka est toujours le plus fragile. Le fait que son lien avec Yuna (son ex) se soit brisé l’a clairement marqué. Il est extrêmement protecteur envers Nino et envers lui-même. Il n’a pas envie que ça se reproduise, même s’il fait confiance à Nino. Le voir s’effondrer après l’enlèvement de Nino (qui se déroule sous ses yeux, pour plus de traumatisme, je suppose) renforce cet aspect du personnage, mais lui permet aussi de travailler sur ce problème.

Aux fils des pages et avec le retour de Nino, il apprend progressivement qu’il ne peut pas tout contrôler… Et que ce n’est pas parce qu’il a peur de quelque chose que ça se produira. De son côté, Nino devient toujours plus mature. Au point de presque devenir l’élément stable du couple (ce qui était l’inverse dans le tome 1).

La grande révélation de ce tome à mes yeux, c’est Giovanni. Dans le tome 1, on découvre le frère de Nino. Il gère tous les vampires du royaume d’Italie, il a donc d’énorme responsabilité. Il est toujours plus ou moins en colère contre la vie. Et il semble avoir une dent contre Cellina en particulier (même si on sent qu’il a plus dans cette histoire). Le tome 2 nous le présente sous un jour un peu différent.

On apprend pourquoi est-ce qu’il semble aussi froid et détaché, on comprend qu’il souffre énormémen. Et la fin de ce tome 2 m’a vraiment fait plaisir pour lui, il mérite un peu de bonheur dans sa vie. Sa relation avec Cellina est très touchante et très belle. J’ai adoré les voir se souvenir du passé et avancer dans le présent, jusqu’à accepter les problèmes de l’autre. A l’image d’Haruka et Nino, ils avancent ensemble et mûrissent ensemble, ce que j’apprécie beaucoup.

MON AVIS GLOBAL SUR CE TOME 2

C’est un très bon tome 2. L’intrigue du couple principal continue, ce qui nous permet de les voir continuer à évoluer ensemble, à parler de leurs problèmes comme des adultes. Et ça fait vraiment du bien, pas de mauvaise communication ou de fuite pour éviter d’en parler.

J’ai aussi été contente que le tome présente une autre relation et nous permette de creuser d’autres personnages (Giovanni et Cellina). C’est intéressant et ça permet de montrer d’autres aspects et histoires de ce monde très complet et complexe. D’après ce que je crois comprendre, le tome 3 va présenter une autre relation. Cette fois, c’est un vampire avec un humain…

MON AVIS SUR LE TOME 3

Le tome 3 se focalise sur de nouveaux personnages : Jae, un docteur, humain et Junichi (aka Jun), un vampire. Bien sûr, les personnages des tomes précédents sont toujours présents mais contrairement au tome 2, ils sont beaucoup plus secondaires. Ici, c’est vraiment Jae et Jun’ qui prennent le dessus sur l’histoire et c’est vraiment eux qu’on suit tout le temps.

C’est un changement plutôt agréable, surtout que leur histoire est assez complexe et traite de thème assez dur, donc j’étais plutôt soulagée de voir que l’autrice s’attarde dessus et ne bâcle pas cette histoire.

Il faut savoir que Jae et Jun sont des personnages que l’on a rencontré assez tôt dans la trilogie (dès le tome 1 pour Jun et dans le tome 2 pour Jae), donc l’histoire ici commence dès la fin du tome 2. On peut dire que leur relation commence…assez mal ? Disons que ce ne sont pas de gros communicants.

LES PERSONNAGES

Encore une fois, ce sont des personnages avec de gros traumatismes, que ce soit pour Jun’, qui a mal vécu la relation de ses parents (où son père était d’un plus haut rang que sa mère, donc il y avait une relation assez malsaine) et cherche donc uniquement à avoir des relations avec des personnes de rangs plus bas que lui (donc des humains) et Jae, qui pense être humain…et qui ne l’est peut-être pas vraiment (je ne vais pas spoiler, mais vous avez l’idée).

La relation est donc assez compliquée, avec des problèmes assez difficile et douloureux. J’aime le fait que Jun’ et Jae aient leurs idées, leurs personnalités et qu’ils prennent le temps de toujours communiquer ensemble sur ce que veut l’autre. Jae a un parcours assez atypique à cause de ce qu’il apprend dans le roman et il a beaucoup de choses à apprendre et accepter.

Après, j’adore le personnage de Jun’ depuis le tome 1 donc j’étais ravie d’avoir un tome centré sur lui. Il a pas mal de problèmes aussi, mais je l’ai trouvé relativement calme dans son approche. Je pensais vraiment qu’il aurait plus de mal que ça à accepter la situation, mais finalement non.

L’EPILOGUE

Le tome 3 se termine par un épilogue qui nous permet de savoir où en sont nos trois couples à la fin de la trilogie. C’est plutôt agréable. De plus, Giovanni et Cellina sont quasi-absent de ce tome, donc j’étais plutôt contente de les retrouver. Et bien sûr, Haruka et Nino sont toujours assez présent dans ce tome. C’était chouette de les retrouver pour ces dernières pages et de les voir heureux et installés dans leur vie. Jun’ et Jae sont finalement le seul couple qui continue de se construire même dans l’épilogue, ce qui est plutôt intéressant.

CONCLUSION FINALE

Que dire de cette trilogie, si ce n’est : lisez-là ?
Les personnages sont intéressants et attachants, que ce soit Haruka, Nino, Jun’, Jae, Giovanni ou Cellina
. Vous aurez forcément un favori (ne touchez pas à Nino par contre, on va se mettre d’accord tout de suite). Cette réinvention du mythe des vampires m’a énormément plû. Elle apporte de nouvelles choses et ça rend l’histoire vraiment intéressantes. J’avais un peu peur que cette histoire de « lien » s’épuise après le tome 2, mais j’ai été heureuse de voir que non. La construction de chaque relation est nouvelle, innovante et touchante. J’espère de tout cœur que cette histoire sera repérée et traduite, pour que vous puissiez découvrir cette trilogie en français…

Articles recommandés

5 commentaire

  1. Hey bah dis donc tu donnes bien envie! Ça a l’air d’être une revisite originale en plus d’être LGBT+. Et puis ces couv’ mon dieu! Quel dommage que je ne lise pas en anglais 😭

    1. Ah là là, je confirme, il FAUT lire ces livres ! Bon, ma critique finale n’est pas la parce que je n’ai pas encore eu le temps de finir le tome 3…

      1. Seulement s’ils sont traduits…

        1. Je lui souhaite ! Mais c’est une auteure auto-éditée donc ça va demander beaucoup de travail :/

          1. Bah c’est pour ça qu’il est peu probable que je puisse les lire un jour :/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :