Aliens, dystopie et sectes : Chaos Walking

Après mon gros coup de cœur pour le roman « Lore », je voulais lire un roman que j’avais hâte de lire, mais qui avait aussi été adapté en film récemment afin de pouvoir faire un article de comparaison. J’ai commandé l’intégralité de la trilogie, me disant que si le premier tome me plaisait, je ne voulais pas attendre deux mois avant d’avoir la suite à lire (une très sage décision étant donné que cette trilogie a été un énorme coup de coeur et que la fin m’a mentalement brisée). Je parle bien évidemment de « Chaos Walking » ou « Le Chaos en marche » chez nous. Adapté récemment au cinéma avec Tom Holland dans le rôle de Todd Hewitt (le héros) et Daisy Ridley dans le rôle de Viola Eade (l’héroïne), c’est en voyant les premières bandes annonces pour le film que je me suis décidée à lire la trilogie. Je vais donc diviser cet article en trois parties : l’analyse du livre, l’analyse du film et une comparaison à la fin, pour que vous puissiez décider si vous souhaitez le lire, le voir, ou les deux !

1 – LE LIVRE

En commençant le livre, j’avais été prévenu qu’il fallait s’accrocher car le style d’écriture est difficile à suivre (qui plus est en anglais, j’ai beau avoir un bon niveau, si le style d’écriture est dur, je suis souvent très prompt à abandonner ma lecture). Au final, je n’ai pas trouvé ça aussi difficile que ce qu’on m’avait dit. Certes, l’auteur a donné des accents à ses personnages qui font que certains mots changent d’orthographe (je pense à « dirreshyon » à la place de « direction » par exemple) et ils utilisent en permanence le mot « ye » pour « you », ce qui peut être assez compliqué à lire, mais j’ai trouvé que ça donnait un certain charme au roman, une certaine originalité.

Pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire donc, nous suivons le jeune Todd Hewitt, un jeune adolescent de bientôt treize ans, qui vit dans la ville de Prentisstown. La particularité de la ville, c’est qu’il n’y a que des hommes et surtout, la présence de ce qu’ils appellent le « Bruit », une mutation génétique qui fait en sorte que tout ce qu’ils pensent soient visibles par tous, comme une sorte de projection visuelle autour d’eux. Aucune pensée ne peut être cachée, aucun mensonge n’est possible. Et l’histoire commence lorsque Todd, en rentrant d’une escapade pour aller chercher des pommes, encontre un « trou » dans le « Bruit », qui n’est autre qu’une jeune femme nommée Viola. Sauf qu’à Prentisstown, toutes les femmes sont décédées suite à la mutation. Et que normalement, il n’y a pas d’autres villes que Prentisstown sur cette planète…

Les personnages de Todd et Viola sont extrêmement bien écrit. Le roman est du point de vue de Todd, donc comme lui, on découvre Viola petit à petit, puisque ses pensées ne sont pas accessibles et qu’elle, pour une bonne partie du roman, ne parle pas. Mais plus ils traversent d’épreuves ensemble, plus ils apprennent à se faire confiance et à s’entraider, nous laissant nous lecteurs en découvrir de plus en plus sur le personnage de Viola. J’ai trouvé très intéressant les moments où le « Bruit » rempli tellement la tête de Todd qu’il ne peut se concentrer sur rien, ce qui est traduit sur le papier avec des pages et des pages remplies de mots en noir qui se superposent, rendant lesdites pages illisibles.

Et il y a aussi des moments où Todd voit des choses dans le « Bruit » des autres personnages masculins et il y réagit très négativement (en général) mais ne dévoile pas ce qu’il a vu, pour nous laisser avoir la surprise cinq chapitres plus tard, quand il est confronté au problème. Le suspense est extrêmement bien géré et j’ai trouvé que le roman avait un bon rythme. On apprend à aimer les personnages aux fils des pages, on s’y attache, on est triste pour eux (surtout à un moment mais je ne vais pas spoiler) et chaque révélation m’a juste choquée. A la fin, je me suis surtout demandée comment ils avaient réussi à adapter un roman pareil en film de 2 heures, parce qu’avec tous les détails donnés et les diverses intrigues secondaires qui deviennent au final essentielles… 

En clair et sans surprise, je vous conseille fortement de lire les livres avant, ou même après avoir vu le film si vous souhaitez en savoir plus sur Todd et Viola. Enfin je vous conseille de les lire. Si vous voulez voir le film aussi, regardez-le avant, parce que ça vous donnera un aperçu du monde des romans, mais aussi car vous serez moins déçu.

2 – LE FILM

What. The. Heck. Ma première pensée en regardant ce film, ça a été de me demander ce qu’ils avaient gardé des livres. Bon, j’ai promis de ne pas parler du film en comparaison avec les livres, donc mon avis sur le film : c’est un blockbuster. Ni excellent, ni mauvais, c’est un bon film d’action avec un casting de gens connus et des scènes d’action assez dantesque. Les personnages sont assez peu développés, ce que j’ai trouvé assez dommage. Le film étant court (2h, il me semble), c’est plutôt normal, mais du coup certaines relations entre les personnages sont bâclées… Par exemple, la relation principale : Todd et Viola. On les voit passer d’inconnus à amis, mais je n’ai pas ressenti la création du lien. On ne sait absolument pas pourquoi ils restent l’un avec l’autre ou pourquoi ils s’entraident (enfin si, techniquement pour Todd on sait, c’est parce que Viola est la première fille qu’il voit et qu’il a un crush dessus) et chaque moment où leur relation peut avancer, le moment est désamorçé par une vanne (à la Marvel, en somme). Je n’ai pas ressenti l’attachement entre les personnages, ce qui rend certaines scènes normalement déchirantes plutôt passables, voire ennuyeuses.

Le film est une chasse au macguffin (un objet/une personne/un lieu à atteindre ou trouver pour sauver le monde), ici sous la forme d’une antenne radio pour contacter un gros vaisseau qui est dans l’espace et l’utilisation du « Bruit » est faite n’importe comment… C’est difficile d’en parler sans faire la comparaison avec les livres, mais ça attendra. Dans le film, donc, le « Bruit » affecte effectivement les hommes et ils peuvent l’utiliser pour créer des projections d’êtres humains ? Léger spoil, mais à un moment dans le film, Ben est capable de créer une illusion de Viola si parfaite qu’elle trompe tout le monde pour permettre à Todd et Viola de fuir. Et même Todd, vers la fin du film, est capable d’en produire non pas une, mais plusieurs, EN MEME TEMPS alors qu’il nous est montré, tout au long du film, comme incapable de contrôler son « Bruit ». Et en parlant de Todd, je ne sais pas quel âge il lui ont donné dans le film, on l’appelle « Boy » donc je pensais 13 ans (comme dans les livres), mais il a des moments, joués comme comique, où il ne pense qu’à embrasser Viola ? Alors qu’ils se connaissent depuis moins d’une semaine ? J’ai trouvé ça assez étrange et inutile.

En somme, le film ressemble un peu trop à tous les autres blockbuster hollywoodien. De l’action, de l’aventure, de l’humour, des scènes de combats dantesques et un but précis à atteindre qui sauvera le monde. Je ne m’attendais pas à une adaptation mot pour mot, mais il y a eu tellement de changement que c’est deux produits totalement différents…

3 – LA COMPARAISON FILM/LIVRE

La partie que vous attendiez tous ! Je vais faire de mon mieux pour ne pas spoiler, promis. Mais si jamais, lisez ceci à vos risques et périls, ou attendez d’avoir vu le film ou lu les livres. C’est bon pour vous ? Let’s go !

Le début commençait plutôt bien, assez fidèle au roman. La scène qui introduit Todd et Manchee (le chien) ainsi que le pasteur Aaron est assez fidèle au roman. Mais tout dévie juste après : là où dans les romans, Todd se rend compte juste après son altercation avec Aaron, qu’il semble y avoir un « trou » dans le Bruit, qui n’est autre que Viola, qu’il découvre en retournant voir ce fameux « trou » après que Ben et Cillian, ses « parents » lui aient demandé de fuir la ville, dans le film, il rentre et a une discussion avec le Maire, puis Ben et Cillian, avant de découvrir Viola qui vole de la nourriture dans sa maison. Et tout le film va ensuite tourner sur Viola et le fait qu’elle doive contacter son vaisseau pour les prévenir qu’elle est en vie et qu’on peut survivre sur cette planète pour éviter qu’ils ne l’abandonnent ici (là où dans les romans, le but de Todd et Viola est d’aller jusque dans la ville de Haven pour fuir les hommes de Prentisstown). Et je crois que la scène de fin du film est inspirée de la scène de fin des romans, sauf que là où la trilogie finit sur un cliffhanger et une fin triste, le film finit sur un bon gros happy end.

Egalement dans les livres, les animaux PARLENT. Affectés par le « Bruit », on peut également entendre leurs pensées, ce qui rend certaines scènes…dévastatrices. Or, dans les films, cette faculté a été mise de côté, rendant une scène en particulier horrible mais moins touchante que dans les romans. Comme j’en ai parlé dans mes deux avis précédents, la relation entre Todd et Viola est celle de deux très jeunes ados qui traversent des situations absolument atroces et terrifiantes ensemble, à tel point qu’ils n’ont confiance qu’en l’autre, expliquant pourquoi ils restent toujours ensemble et pourquoi ils n’aiment pas être séparés, là où les films accélèrent un peu tout ça sans forcément que ça en devienne plus logique. Bon, on est encore loin d’un fiasco tel que Percy Jackson quand même, le film est regardable, bien que trop rapide. J’ai eu l’impression qu’ils ont cherchés à condenser les trois romans en un seul film, sachant presque d’avance qu’il serait impossible de faire des suites (les trilogies au cinéma n’étant plus à la mode). Haven est mentionné, mais les héros n’y parviendront jamais, annulant la possibilité de continuer sur l’intrigue des livres. Je ne peux pas aller plus en détails sans spoilers, donc je vais en faire certains, attention si vous ne voulez pas !

Les morts de Ben et Cillian sont montrés à l’écran et Todd les voit de ses propres yeux, ce qui change des romans où la mort de Cillian lui ait « raconté » via le bruit de Ben et celle de Ben par Davy Prentiss, le fils du Maire.
Le Maire d’ailleurs, qui décède en étant poussé dans la carcasse du premier vaisseau s’étant posé sur cette planète, là où les romans font de lui l’antagoniste principal (et on ne voit/parle jamais des vaisseaux de colonisateurs).
Dans le film, on croise une fois UN alien et on découvre que selon le Maire Prentiss, ce sont les Aliens qui ont tués les femmes lors de la guerre, là où le roman leur accorde plus d’importance et selon le Maire, c’est la mutation du « Bruit » qui a tué les femmes.
Haven n’est jamais atteinte, donc on ne sait pas ce qui s’y trouve.
A la fin du film, c’est Todd qui est mortellement blessé et se fait soigné sur le vaisseau des colonisateurs dont Viola fait parti, là où dans les romans, c’est Viola qui est mortellement blessée et Todd la porte jusqu’à Haven où il fait une découverte assez tragique et cynique. Et il me semble que c’est à la fin du tout dernier tome que Viola ramène Todd à Prentiss pour le faire soigner car il est effectivement gravement blessé (ils ont du mixer tout ça).
Dans le film, Manchee meurt noyé par Aaron, là où dans les romans, Todd doit choisir entre lui et Viola et est obligé d’entendre Manchee l’appeller (puisqu’il parle) jusqu’à ce qu’Aaron lui brise la nuque.
Comme je l’ai dit, dans le film, Todd a plusieurs reprises songe à embrasser Viola ou projette cette vision (et à chaque fois, elle le voit/l’entend) quand dans les romans, il a trop de respect envers elle pour ne serait-ce que penser qu’elle puisse accepter d’être plus que son amie (ah et spoiler, le seul moment où Todd pense à Viola de cette façon, en imaginant l’embrasser, c’est dans le tome 3 et c’est elle qui finit par le faire en vrai…)

Voilà, c’était mon avis sur « Chaos Walking » livre et film, ainsi qu’une petite comparaison des changements.
Au final, là où les romans sont d’énormes coup de coeur, le film m’a plutôt déçue. Je pense que c’est un univers plus adapté à la série télévisée plus qu’au film, à cause des nombreux détails ultra importants à l’intrigue, mais pour autant, j’ai trouvé le cast intéressant. Sans la comparaison aux livres, je pense que j’aurai passé un meilleur moment devant ce film, qui reste un bon film d’action.

Articles recommandés

10 commentaire

  1. Les romans ont l’air très bien !

  2. Hello,
    Alors j’avoue que comme ça cela ne me tente pas des masses, mais je pense que c’est déjà carrément le genre de film de Monsieur donc je risque de le voir un jour. En plus il y a Mads Mikkelsen…
    Je lui en parlerais.
    Je ne connaissais pas donc merci pour cette découverte.

  3. Wington Stéphanie

    Sa sa peut m’iteresser , sa a l(air genial

  4. Souvent les livres sont beaucoup plus intéressants que les films, rien qu’avec Harry porter. Par contre c’est un sujet que nous suivons de près en série

  5. En général je préfère la version livre, tellement plus de détails !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retrouvez-moi sur Instagram !
%d blogueurs aiment cette page :