Fantastique et confiance en soi : Pétales d’Amour et de Bonté

Autrice : Alicia Alvarez
Editeur : Nutty Sheep
Nombre de pages : 199
Genre : Fantastique

Résumé : Nina, 10 ans, ne se sent pas à sa place dans sa propre vie. Dotée d’un caractère introverti doublé d’un manque de confiance en elle conséquent, elle n’a aucun ami à l’école. Une fois à la maison, elle se sent beaucoup mieux, mais quelque chose manque… Personne n’écoute réellement ce qu’elle a à dire, encore moins elle-même.

Sa vie banale prend un tournant inattendu le soir où son beagle, Pierrot, décide de dépasser le portillon grand ouvert du jardin. Jusqu’alors, Nina se croyait inutile, nulle, moche, sans aucune valeur. Cette expérience à mi-chemin entre le réel et l’irréel lui fera prendre conscience des richesses que la vie a encore à lui faire découvrir.

En septembre, je vous parlais d’une jeune amie autrice belge chez qui j’allais passer plusieurs jours. On a même tourné un vlog ensemble, ainsi que plusieurs réels/TikTok sur son roman « La Chasse aux Cristaux ». En plus d’être une personne adorable, c’est aussi une autrice talentueuse dont j’aime beaucoup la plume. Ce n’est donc une surprise pour personne si je vous dis qu’aujourd’hui, je vais vous parler d’un autre de ses romans : Pétales d’Amour et de Bonté !

Mon Avis

On rencontre alors Nina, une petite fille de dix ans, qui rentre de l’école avec son Père. Dès les premières pages, on apprend que la petite n’a aucun ami et qu’elle se sent comme un fantôme, à tel point que même sa professeure semble oublier sa présence, parfois. Du moins, jusqu’à sa rencontre inattendue avec une autre petite fille de son âge : Voyageuse.

Avec sa nouvelle amie, Nina commence à explorer le nouvel endroit, dans lequel elle a atterrit en suivant son chien trop loin et en traversant la terre. Cet endroit, c’est Libetara. Dans ce nouveau monde, Nina rencontre tout un tas de nouvelles personnes aux noms assez évocateur (il y a une elfe nommée « Obe’s Tinée » ) qui vont l’aider à retrouver le chemin de la maison. Et quel chemin ! Tout le roman est une métaphore de la confiance en soi. Nina doit apprendre à accepter qui elle est et ce qu’elle aime pour pouvoir s’affirmer et prendre confiance en elle.

Les Personnages

La métaphore fonctionne, justement parce que l’héroïne à dix ans, je pense. Certes, le nom des personnages de Libetara sont évocateurs, mais c’est ce qui fait tout le charme du récit. On devine assez aisément où le roman veut nous emmener, mais on apprécie le chemin. Parce qu’au-delà de la métaphore, le récit en lui-même reste divertissant. Nina est un très bon personnage.

De la petite fille assez réservée, elle devient plus sûre d’elle et ce qu’elle aime. Alors que ses parents sont prêts à l’inscrire à des cours de danse, elle trouve (grâce à Libetara) le courage de dire « non » et ses parents sont ravis qu’elle sache ce qu’elle veule. Pour quelqu’un comme moi, pour qui la confiance en soi est une notion lointaine et étrangère, ce genre de récit fait vraiment du bien.

Conclusion

En somme, je vous recommande la lecture de ce roman. Il n’est pas très long, les personnages sont attachants (surtout Nina, mais tous les autres sont également très sympathique) et le message est parfaitement transcris. Si vous ne connaissez pas la plume d’Alicia, c’est le moment de vous y plonger ! Et en cette période de fête, c’est le parfait roman à offrir à quelqu’un qui, comme moi, n’a pas forcément confiance en lui/elle 😊 !

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :