Les dramas chinois et la magie des « boy’s love »

Fin de confinement, mai 2021. Suite au visionnage d’un clip sur YouTube, je sombre dans les dramas coréens (aussi appelés « kdramas »). Je découvre progressivement les divers genres (romance, thriller, historique, surnaturel etc.). Et puis… Qui dit « kdramas », dit aussi « cdramas » (les dramas chinois, donc). L’avantage quand on discute avec d’autres personnes qui regardent ce type de séries, c’est qu’on a des recommandations régulièrement. Le problème, c’est qu’on a aussi une watch-list de 800 séries, qui grandit tous les mois avec les nouvelles sorties. Et je dois admettre que dernièrement, je me suis rendue compte que si je regardais les « kdramas » pour la douceur de leurs romances (avec des couples majoritairement homme/femme, sans vous mentir)… Pour les dramas chinois, ce sont clairement les « boy’s love » qui ont retenu mon attention.

Pourquoi les « boy’s love » ?

Sur Instagram, j’ai l’habitude de poster mes avis concis en story, sur pratiquement tous les dramas que je regarde (oui presque parce que j’en ai vu une soixantaine mais je n’ai partagé que ceux qui m’avaient vraiment marqués). Sur MyDramaList (le site sur lequel on peut répertorier les séries qu’on a regardées, celles qu’on veut regarder etc.) j’ai même pu faire un top 20 des meilleurs dramas que j’ai pu voir… Et sans surprise, le top 3 est composé de dramas CHINOIS….boy’s love : The Untamed, World of Honor et The Ultimate Note (même si pour cette dernière, le drama n’est pas certifié « boy’s love », j’ai de très gros doutes). Après cette découverte assez peu surprenante, je l’admets, je me suis posée des questions :

  • Pourquoi est-ce que j’apprécie autant les dramas boy’s love ?
  • Qu’est-ce qui, à mes yeux, les rend meilleurs que les autres séries que j’ai pu voir ?
  • Pourquoi est-ce que je ne retrouve pas le même intérêt pour les séries boy’s love qui ne sont pas CHINOISES ?

En fait, la réponse est évidente : la censure. Paradoxal, pas vrai ?

La censure : quésako ?

Pour ceux qui ne le savaient pas, la Chine n’est pas vraiment tolérante sur les questions LGBT+. Donc forcément, les séries qui tournent autour de couples du même sexes font être soumises à la censure. Donc les scénaristes ne peuvent rien montrer explicitement et doivent trouver d’autres stratagèmes pour raconter leurs histoires. Là où les dramas non-LGBT+ peuvent se permettre des dialogues explicites ou les fameuses scènes du « premier baiser », les « boy’s love » vont devoir jouer sur la gestuelle, le symbolisme et le sous-texte.

Par conséquent, là où les autres dramas peuvent se servir de la romance pour faire évoluer les personnages (et bon sang, il va vraiment falloir que certains dramas [notamment les dramas chinois] arrêtent avec les intrigues basées sur les qui-pro-quo permanent entre les acteurs principaux !), les boy’s love eux, doivent faire évoluer les personnages D’ABORD. Et vous connaissez mon amour pour les personnages bien construits. Donc forcément, une série qui proposent 50 épisodes avec des personnages complexes, tout en nuances, avec une romance qui passent par des petits gestes, les yeux et quelques mots… Bien sûr que ça va me plaire !

… Et je ne parle pas de la beauté des plans ou de la poésie des dialogues (il faut dire que le chinois EST une langue très poétique, donc ça aide).

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :